Sarthe - Reconstruction de Notre-Dame-de-Paris : les chênes ont quitté la forêt de Bercé

Huit chênes qui serviront à la reconstruction de la célèbre cathédrale Notre-Dame de Paris ont déserté la forêt de Bercé pour Craon, en Mayenne. Destinés à la reconstruction de la flèche, ils ont quitté le massif Sarthois jeudi 25 juin. 

Huit chênes ont quitté la Sarthe pour une scierie en Mayenne
Huit chênes ont quitté la Sarthe pour une scierie en Mayenne

L’opération s’est déroulée au cœur de la forêt jeudi matin sous les yeux des bucherons et émondeurs qui avaient abattu les arbres, il y a 3 mois.

Les 4 premières grumes, entre 21 et 25 mètres de long, et pesant jusqu’à 15 tonnes, « ont pour but d’être chargées sur deux camions, et de les faire rouler à la scierie de Craon », confie Anthony Jeanneau, technicien forestier territorial à l’ONF.

Les chênes seront transformés en poutres et légèrement courbés, selon le souhait des architectes de la reconstruction de la cathédrale.

Des convois exceptionnels

Il a fallu mobiliser une remorque avoisinant les 30 mètres pour transporter ces chênes âgés de plusieurs centaines d’années.

« C’est complétement exceptionnel ce qu’on fait là, on n’a jamais vu ça. » Ils ont ensuite été livrés dans l’après-midi à la scierie des Géants à Craon (53), première escale avant leur destination finale, la cathédrale Notre-Dame dans quelques mois.

Qui dit convois exceptionnels dit opération délicate. En effet, « les bois sont très longs, il faut veiller à les lever correctement et à ne surtout pas les casser. Une bonne coordination entre les différents intervenants est primordiale », explique Anthony Jeanneau.

Deux grues gigantesques

Deux énormes grues de levage ont été nécessaires pour déposer, avec une grande précision, les grumes sur les camions, sous les regards soulagés des techniciens de l’ONF, « c’est la libération pour nous », admet Claire Quinones, responsable commerciale bois et service à l’ONF.

Une fois l’opération terminée, les deux convois, limités à une vitesse de 70 km/h ont pris la route, direction Craon et la scierie des Géants, un trajet de 140 km.

 « C’est une grande fierté »

Une fois arrivées à bon port, les grumes seront minutieusement préparées, comme le rapporte Mickael Renault, patron de la scierie des Géants, « on va les prendre une par une, les nettoyer, enlever les impuretés… »

Ces dernières seront ensuite débitées quelques semaines plus tard puis stockées durant 18 mois, le temps nécessaire au séchage pour atteindre un taux d’humidité de moins de 30%, avant de rejoindre le chantier de Notre-Dame de Paris, début 2023.

Les 8 « molosses » de Bercé serviront à la construction du tabouret, c’est-à-dire l’assise de la flèche de Notre-Dame de Paris.

Deux autres convois exceptionnels, transportant les 4 derniers chênes destinés à la cathédrale ont pris la route, vendredi 25 juin.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
notre-dame de paris culture patrimoine