• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Vidéo. 24 Heures du Mans : l'obsession de la sécurité depuis la tragédie de 1955

© France 3
© France 3

Retour sur l'accident du 11 juin 1955 aux 24 heures du Mans. Ce fut le plus meurtrier de l'histoire du sport automobile avec 82 morts et 94 blessés. Des témoins se souviennent. Notre rencontre en vidéo.

Par Claude Bouchet

Pire tragédie de l'histoire du sport automobile, avec 82 morts et 94 blessés, l'accident du 11 juin 1955 a fait de la sécurité une véritable obsession aux 24 Heures du Mans, la plus grande course d'endurance au monde. L'édition 1955 des 24 Heures promettait du grand spectacle grâce à la rivalité exacerbée entre Jaguar, qui avait introduit deux ans avant les premiers freins à disques, et Mercedes, dont l'une des voitures était confiée au mythique Juan-Manuel Fangio.

La course a pris une tournure dramatique à 18h28, deux heures et demie après le départ, quand la Jaguar N.6, pilotée par Mike Hawthorne, a freiné brutalement dans la ligne droite des stands, pour ravitailler, juste devant l'Austin-Healey N.26 de Lance Macklin qu'elle venait de dépasser.
Macklin n'a eu d'autre choix que de se décaler sur sa gauche pour l'éviter, sans voir la Mercedes N.20 de Pierre Levegh qui arrivait à pleine vitesse derrière lui.
La Flèche d'Argent l'a percuté, à près de 200 km/h, a décolé et explosé en vol. Sa carcasse s'est disloquée en percutant le talus, propulsant son moteur et son train avant dans le public. De nombreux spectateurs ont été tués sur le coup, comme le pilote.

Malgré le bilan, terrible, les organisateurs n'ont pas interrompu la course, afin d'éviter que des dizaines de milliers de spectateurs ne quittent le circuit en
engorgeant les rares voies d'accès, nécessaires pour les secours. Une décision durement critiquée par la suite.

Le Circuit des 24 Heures, une référence 

Ce drame était d'autant plus choquant que le Circuit des 24 Heures était déjà considéré comme "la référence" en matière de sécurité à l'époque, a expliqué à l'AFP Hervé Guyomard, ancien directeur du circuit. Il était doté d'un talus et d'une voie de sécurité, de chaque côté de la piste, alors que nombre de courses prestigieuses se disputaient encore entre des bottes de paille. Les circonstances très particulières de l'accident expliquent le lourd bilan: "Si la Mercedes n'avait pas décollé, elle n'aurait pas pu franchir le talus et il n'y aurait pas eu tous ces morts", assure M. Guyomard. 

Même si Le Mans était en avance, les préoccupations en matière de sécurité routière, au milieu des années 1950, "n'étaient pas aussi prégnantes.
Aujourd'hui, il s'agit d'une obsession permanente", a-t-il ajouté. Après l'accident, un immense chantier de 13 mois a débuté pendant lequel le circuit a été remodelé, des nouvelles protections pour le public ont été installées, avec un talus de trois mètres de large à certains endroits. Même les stands ont été
détruits et reconstruits. Fin juillet 1956, les 24 Heures ont pu reprendre.

Le risque zéro n'existe pas

Depuis, tous les ans, des investissements sont effectués pour maintenir le circuit au niveau de ce qui se fait de mieux en termes de sécurité.
Ces dernières années, "on a travaillé sur les structures, sur la visibilité, on a aussi posé des câbles de rétention de roues pour que, si jamais il y a un accident, il n'y ait pas une roue folle qui parte n'importe où", détaille Vincent Beaumesnil, directeur Sport à l'ACO.

La sécurité aux 24 Heures du Mans, ce sont aussi 1674 commissaires de course, 600 personnes chargées de la sécurité (gendarmes, policiers, CRS, sécurité civile), 50 médecins, 40 infirmiers)... Mais en course automobile, le risque zéro n'existe pas. En 2013, le Danois Allan Simonsen s'est tué dans le virage du Tertre Rouge, au volant d'une Aston Martin, dix minutes après le départ. L'an dernier, Loïc Duval, au volant de son Audi, a été victime d'un accident extrêmement spectaculaire et a dû déclarer forfait pour la course. "Il est ressorti choqué mais indemne. Après ce repos forcé, il recourt cette année. Mais pour tout vous dire, c'est mieux que cela lui soit arrivé l'an dernier, pas il y a dix ans...".

Une bonne manière de résumer les progrès constants du Mans en matière de sécurité, 60 ans après la tragédie de 1955.

Avec AFP

Notre reportage en vidéo

Jean Paul Guittet avait dix ans ce jour là. Il est 18h28. Et il vient de survivre au plus meurtrier des accidents du sport automobile.  Janine Morice avait 27 ans. Elle travaillait alors à la Croix rouge.






A lire aussi

Sur le même sujet

DOCUMENTAIRE. Mes parents, ces héros ordinaires

Les + Lus