Virgule de Sablé : enfin la reprise du TER Laval-Angers !

TER en gare de Sablé-sur-Sarthe,12 avril 2018 / © Cécile Claveaux - France 3 Pays de la Loire
TER en gare de Sablé-sur-Sarthe,12 avril 2018 / © Cécile Claveaux - France 3 Pays de la Loire

Arrêtée depuis le 22 janvier dernier, la circulation du TER Laval-Angers, empruntant des rails de TGV, reprend ce lundi 27 août. 

Par Manon Monnier

Depuis sept mois, la fameuse virgule de Sablé est devenue un point.
Un point noir pour le Conseil régional, la SNCF et Eiffage le constructeur de cette ligne qui permet de relier Laval et Angers en 50 min.

Grâce à des TER qui circulent sur des lignes TGV, ce trajet inauguré en juillet 2017 devait être une prouesse technologique.
 
Mais depuis le 22 janvier ce circuit ferroviaire est à l'arrêt.

En cause : une anomalie électrique qui empêche de repérer les trains sur le parcours et qui entraîne des risques de collisions. Dès l'automne, ce problème avait déjà été repéré, ce qui avait déjà entraîné l'arrêt de la circulation pendant près d'un mois.
En attendant les usagers doivent se débrouiller avec leur voiture, des bus et d'autres lignes de train.
La région des Pays de la Loire a demandé à la SNCF une forme d'indemnisation pour les usagers du TER.
En mars dernier, le maire de Sablé-sur-Sarthe, Marc Joulaud a adressé un courrier à Christelle Morançais, la présidente de la région des Pays de la Loire.

Cette liaison représente pour notre ville un extraordinaire vecteur de développement.

L'élu sabolien demande à Christelle Morançais de se faire le relais de sa requête : "une remise en circulation dans les plus brefs délais des trains sur le tronçon reliant la ligne TER à la LGV", concluant "c’est la vitalité de notre région et l’équilibre de notre territoire qui est en jeu."

Y-a-t-il eu des conséquences économiques pour la ville lors de la rupture de la ville ? Réponse du maire de Sablé-sur-Sarthe.

 


Jusqu'ici, pour rejoindre directement Rennes ou Laval à Angers, il fallait encore passer par Le Mans. Comme avant la création de ce tronçon, ce qui entraînait jusqu'à une heure de trajet supplémentaire.

Le retour à la circulation de c​​​​e raccourci de trois kilomètres est donc très attendu pour ce tronçon, dont la construction a coûté plus de 25 millions d'euros
   
Va-t-il être fidèle ces prochains mois ? Christelle Morançais semblent confiante...
 

Nous, un peu moins.
 

Sur le même sujet

Eau et pesticides : la situation des Pays de la Loire

Les + Lus