Sauvetage en mer : pour recueillir des fonds, la SNSM s'associe au Bon Coin

À partir du 8 décembre, on pourra acheter sur le site Le Bon Coin, une quarantaine d'objets ayant appartenus à l'une des 214 stations de la SNSM. Une campagne d'appel à la générosité du plublic, inédite pour cause de Covid
Des objets ayant contribué à sauver des vies en mer seront en vente dès mardi 8  décembre sur le Bon Coin, au profit de la SNSM
Des objets ayant contribué à sauver des vies en mer seront en vente dès mardi 8 décembre sur le Bon Coin, au profit de la SNSM © SNSM
"Objets inanimés, avez-vous donc une âme?" demandait Alphonse de Lamartine...
Bon, la réponse se fait toujours attendre. En revanche, ce que l'on peut dire de certains objets, c'est qu'ils ont une histoire.

Et ceux qui vont être mis en vente très prochainement sur le Bon Coin pour le compte de la SNSM pourraient raconter bien des choses. Des histoires d'hommes, des histoires belles ou tragiques, de marins égarés et retrouvés, de bateaux abimés, de mers démontées. Des histoires de solidarité, de générosité et de gratuité.

Jumelles, compas, vieille radio VHF ou encore bouées de sauvetage, une quarantaine d'objets d'occasion, va donc figurer en bonne place sur le site de vente.
Ces objets, n'ont pas passé les dernières années à prendre la poussière sur une étagère ou dans un garage. Ils ont appartenu aux sauveteurs, faisaient partie du matériel utilisé quotidiennement dans les stations de sauvetage ou à bord des canots.

"Ce sont d'anciens objets de sauvetage, reconvertis en objets de collection. En cette période de covid, nous avons cherché une idée originale pour appeler aux dons mais aussi pour raconter comment ces objets ont contribué à sauver des vies" explique t-on à la SNSM.

C'est une manière pour nous de rappeler que ces objets sont aussi indispensables pour sauver des vies que le sont nos donateurs pour notre fonctionnement".

SNSM



Car depuis le début de la crise sanitaire, les sauveteurs de la SNSM ont, bien malgré eux, troqué leurs combinaisons de survie pour une cape d'invisibilité !
Un vent mauvais souffle sur le monde associatif, et la société de sauvetage se démène pour revenir sous les radars, elle qui fonctionne à 80% grâce à la générosité du public.

"En décembre nous devions comme chaque année, participer au salon nautique de Paris. C'est l'une de nos deux campagnes annuelles pour récolter des fonds, mais comme il a été annulé, il nous a fallu trouver les moyens de faire une campagne différente et digitale surtout, qui marque les esprits"

L'objectif pour la SNSM  c'est de rappeler que les équipements et matériels représentent un coût important pour l'association et qu'ils sont indispensables au bon déploiement d'une mission de sauvetage. "En interpellant le grand public, les sauveteurs montrent l'importance de donner à leur organisation unique : un modèle associatif et bénévole, qui réunit des sauveteurs qualifiés et engagés pour secourir 24 heures sur 24 toute personne en danger".
 

Un objet d'occasion qui peut sauver une vie

Concrètement, dès le 8 décembre, le site de vente entre particuliers mettra en avant les objets fournis par les stations. Chaque objet à vendre, accompagné de son histoire, sera dans la liste de tête des annonces du jour, et relayé sur les réseaux sociaux du groupe.
 

Le "potentiel donateur" est gigantesque, puisque leboncoin, est fréquenté chaque mois par 29 millions de visiteurs uniques.
Il y en aura pour tous les prix. Comme pour les dons traditionnels.
Et si vous n'êtes pas intéressés par l'achat, il est évidemment possible de faire un don via les formulaires et les liens proposés sur le site de la SNSM!

La campagne devrait avoir une forte répercussion sur le littoral de Loire-Atlantique et de Vendée où le souvenir des événements du 8 juin 2019 est encore dans toutes les mémoires.
   





 
La SNSM en quelques mots
 
LA SNSM est une association à but non lucratif - reconnue d'utilité publique et Grande cause nationale 2017.
Elle a pour mission le sauvetage en mer et la surveillance des plages.
Elle s'appuie sur 8 506 bénévoles qui œuvrent à partir de 214 stations de sauvetage sur tout le territoire français (métropole et outre-mer) et de 32 centres de formation et d'intervention. Elle est financée à 80% par des ressources privées, essentiellement issues de la générosité du public et des entreprises.
En 2019, les Sauveteurs en Mer ont pris en charge près de 37 000 personnes : 10 900 secourues, 24 800 soignées et 1 200 enfants égarés et retrouvés.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
littoral aménagement du territoire environnement sauvetage faits divers solidarité société