Covid-19 : "il y a une cacophonie des communications", le syndicat de médecins MG France critique la gestion de la crise

Le syndicat MG France qui rassemble des médecins généralistes doute de la pertinence de la multiplication des tests covid. Il dénonce également l'envoi systématique des patients vers le centre 15. Teddy Bourdet, le président régional de MG France en Pays de la Loire s'explique.

© France Télévisions Olivier Quentin
Pas content le premier syndicat de médecins généralistes MG France. Par la voie de son responsable régional en Pays de la Loire, Teddy Bourdet, le syndicat dénonce la façon dont sont traités les généralistes dans cette crise sanitaire. MG France a d'ailleurs publié ce lundi un communiqué dans lequel il s'étonne "de l’envoi systématique des patients au centre 15 ou aux urgences, y compris pour les patients non graves".

Selon le syndicat c'est "nier le travail habituel de la médecine générale qui soigne les cas les moins graves, et repère les patients ayant besoin des services d’urgence."
 

"Ces tests sans prescription, dont le coût est considérable"

MG France remet également en question la politique de multiplication des tests qui engorge les laboratoires. 

"L’incitation à tester toute la population retarde l’accès de malades contaminants au test d’orientation diagnostic Covid, peut-on lire dans ce communiqué.  Le remboursement systématique de tous ces tests sans prescription, dont le coût est considérable pour la société et dont la pertinence n’est pas prouvée, renforce l’inquiétude des généralistes."

Conséquence de cette situation, selon MG France, de nombreux appels téléphoniques vers les médecins généralistes, les infirmiers, les pharmaciens qui passent beaucoup de temps à expliquer, informer des patients inquiets en demande de réponses. 

"Il y a vraiment une cacophonie des communications, énormément d'informations arrivent auprès de la population, des informations changeantes. La population est perdue. Le moyen le plus facile pour trouver une information claire, c'est d'appeler le médecin traitant."

Oui mais, Teddy Bourdet et son syndicat estiment que ce serait plutôt à l'Etat de faire ce travail d'information et d'être un peu plus clair.

Et de prendre un exemple : "mon enfant est malade, est-ce que je suis en arrêt de travail, ce genre de question ne devrait pas aboutir au cabinet de médecin généraliste, estime le président régional de MG France. Les médecins généralistes sont disposés à recevoir les malades mais pas à gérer toute l'administration, toute la paperasse qui doit être faite par ailleurs."
Teddy Bourdet, médecin responsable de MG France en Pays de la Loire
Teddy Bourdet, médecin responsable de MG France en Pays de la Loire © France 3 Pays de la Loire
 

Des patients angoissés

Teddy Bourdet, qui exerce lui-même à La Roche-sur-Yon, en Vendée, a fait le constat avec ses confrères qu'il accueille plus de patients angoissés par le coronavirus que de patients malades du coronavirus. "Toute la communication aujourd'hui stresse la population, dit-il.

Cela angoisse aussi, semble-t-il, les médecins qui se demandent si les pathologies hivernales ne vont pas générer elles aussi un grand nombre d'appels. 

"Aujourd'hui, la majorité des virus qui circulent ne sont pas que des covid. Chez les jeunes enfants notamment,
témoigne le généraliste, il y des rhinopharyngites, des bronchites, des gastroentérites." 

Le Dr Bourdet donne ce conseil aux parents : "Faites-vous confiance, dit-il, dans votre capacité à gérer les symptômes bénins et repérez les éléments qui doivent vous alerter comme la gène respiratoire, les troubles de conscience ou l'inquiétude."
Des patients dans la salle d'attente d'un cabinet médical, septembre 2020
Des patients dans la salle d'attente d'un cabinet médical, septembre 2020 © France 3 Pays de la Loire
 

Il faut une politique d’éducation en santé de la population selon MG France                                                                                                   

Un état des lieux que le syndicat fait sur son site depuis quelques jours déjà et que son président national avait déjà exposé au mois d'août.

MG France Pays de la Loire demande donc : 


                                                                                                      
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société coronavirus/covid-19