Question Ouest : Vendée, comment attirer de nouveaux médecins ?

pénurie de médecins / © France 3 PdL
pénurie de médecins / © France 3 PdL

La Région des Pays de la Loire perd ses médecins... Les communes se mobilisent pour attirer de jeunes médecins qui viennent remplacer les départs à la retraite. Exemple en Vendée, à La Roche-sur-Yon et à Saint-Fulgent

Par Florence Thibert

Le nombre de médecins augmentent, pourtant les déserts médicaux n'ont jamais été aussi nombreux. 

En cause, des départs à la retraite non remplacés et des jeunes diplômés qui privilégient les grandes villes au détriment des zones rurales.
Les communes doivent donc multiplier les actions.

Une campagne d'affichage 

En Vendée, la Roche-sur-Yon compte seulement 42 médecins pour 55 000 habitants. Il en faudrait presque le double pour être dans la moyenne nationale.

La ville s'est donc mobilisée pour convaincre les médecins de s'installer.

Une campagne d'affichage a été lancée cet été, dans les grandes villes pour vanter les qualités de la vie à la Roche-sur-Yon, une ville à taille humaine et à 30 minutes des plages.

Campagne d'affichage

 

Le salariat des médecins

La Roche-sur-Yon a misé sur le salariat. Dans le quartier de la Généraudière, 2 nouveaux médecins sont arrivés en septembre au centre municipal de santé, pour un contrat de 3 ans.

Maxime Berrieau, médecin généraliste : "Ce qui me plait, c'est de faire de la médecine générale sans avoir les charges administratives, sur 35 h aménageables".

Du côté des patients, la demande est forte. Ils sont encore 8 à 10 000 à ne pas avoir de médecin traitant et à s'inquiéter pour la suite.


Des maisons médicales privées

Deux maisons médicales privées sont en cours de construction à la Roche-sur-Yon.

En 10 ans, la Vendée a perdu 100 médecins sur son territoire quand la Loire-Atlantique en a gagné 120. C'est le seul département de la Région des Pays de la Loire à voir sa population de généralistes augmenter.
 

Un clip vidéo

Exemple de ces territoires délaissés, la communauté de communes de Saint-Fulgent.

Passée de 12 médecins en 2013 à 6, cette année, elle a été classée en zone d'intervention prioritaire par l'Agence régionale de santé.

Au printemps dernier, un clip a été diffusé pour donner envie aux médecins de s'installer.
D'après Wilfrid Montassier, président de la Communauté de Communes du pays de Saint-Fulgent - Les Essarts, "nos efforts collectifs portent leurs fruits... Mais ce n'est pas terminer... Il faut faire en sorte que ces nouvelles générations qui arrivent, intègrent la nécessité d'accueillir de jeunes internes pour préparer la succession et ne plus jamais tomber dans cette situation".

Depuis juin dernier, le secrétariat est pris en charge par la communauté de communes pour la prise de rendez-vous.
Et d'ici novembre 2020, 5 nouveaux médecins dont 3 salariés sont attendus sur le territoire.

Ces maisons de santé qui mêlent généralistes et spécialistes sont la solution pour attirer de nouveaux médecins là où les cabinets isolés échouent à être repris.
Le jeune médecin peut aussi compter sur le contrat d'engagement de service public . Il favorise l'installation dans les territoires fragiles grâce à une bourse d'étude et une aide à l'installation.


► Notre reportage en vidéo

 

Sur le même sujet

Port de Bretignolles-sur-Mer : la bataille

Les + Lus