La Roche-sur-Yon : mobilisation pour envoyer des médicaments en Arménie

Publié le

La guerre qui sévit en Arménie depuis 15 jours dans le Karabakh rejailli jusqu'à La Roche-sur-Yon où les Arméniens, réfugiés ici depuis de précédents conflits, se mobilisent pour collecter et faire parvenir des médicaments de première nécessité à leurs compatriotes.

Les communauté des Arméniens de Vendée est en plein désarroi. La guerre qui vient de se rallumer dans leur pays d'origine les replonge dans les affres des conflits passés. Marie Leval, réfugiée à La Roche-sur-Yon depuis une quinzaine d'années est en contact avec ses cousines qui vivent toujours en Arménie.

"Les femmes de la famille me donnent des nouvelles, car les hommes de 18 à 55 ans sont tous partis au front. Ce qui se passe depuis 15 jours est très grave, c'est une vraie guerre, la Turquie avec l'Azerbaïdjan sont 80 millions. Les Arméniens 3 millions seulement. Et désarmés..."

Et elle ajoute, "si la guerre continue, les hommes ici vont partir. On se dit qu'on est bien là en France, mais si mon fils de 19 ans était là bas, il serait au front".
 

Une réactivation traumatique

Hantée par un sentiment d'impuissance à agir directement, Marie est allée voir son médecin généraliste, Brigitte Reboul Trégouet. Celle-ci soigne les Arméniens de Vendée. Une relation étonnante établie de longue date.

L'Arménie est entrée presque par hasard dans sa vie ou plutôt dans son cabinet médical. "C'était vers 2004, 2005, j'ai commencé à recevoir des personnes arméniennes réfugiées ici. Je les ai soignées. J'avais organisé des consultations avec une interprète pour faciliter les choses".

Le contact s'est établi et ne s'est jamais rompu. La guerre qui vient de reprendre en Arménie a rouvert des traumatismes profonds.
"Ces personnes souffrent d'une réactivation traumatique, ils vont tous très mal depuis quelques jours. Ils sont venus me voir pour faire quelque chose. Collecter quelques boites de paracétamol peut paraître dérisoire, mais c'est très important pour eux".
 

Un appel aux dons

"Faire utile ici, pour ne pas se sentir impuissant, pour aider là bas ceux qui souffrent" résume Brigitte Reboul Trégouet, qui a lancé un appel sur les réseaux sociaux, pour collecter des médicaments de première nécessité, ainsi que du petit matériel.

Il s'agit donc de récupérer les boites de médicaments courants pas utilisés, ou celles que le public voudra bien apporter. Tels que paracétamol, antibiotiques, anti-inflammatoires, cortisone, anxiolytiques, bétadine, coton, bandes, compresses, attelles, seringues, aiguilles, mais aussi des cannes anglaises, des fauteuils roulants, couvertures de survie...

Le lieu de collecte est situé à la maison de quartier La Liberté à La Roche-sur-Yon. Les Arméniens de La Roche s'occuperont de l'expédition par avion dès que possible.