Témoignage. “Nous ne payons plus de factures d'énergie". Anthony et sa famille vivent dans une maison 100% autonome

Au départ, ils souhaitaient simplement une maison en bois. Puis, une rencontre avec un architecte les a incités à pousser le projet plus loin. Aujourd’hui, Anthony, Joanie et leurs cinq enfants habitent une maison totalement autonome en énergie.

C'est un petit coin de Vendée, un village paisible, La Chapelle-Palluau, où vivent moins de mille habitants. Et parmi eux, la famille Gravouil.

Un Projet autonome Innovant

"Quand ce projet a fait sens pour ma femme et moi, nous sommes allés le présenter au maire, qui a tout de suite adhéré. C’était important pour nous" se souvient Anthony.

Ce projet, c’est celui d’une maison autonome en énergie imaginée par l’architecte Dominique Lasne.

"Nous ne sommes raccordés ni à l’eau, ni à l’électricité, explique Anthony. Nous avons un puits pour l’eau, avec un système de filtrage pour la consommation, et des panneaux photovoltaïques qui alimentent huit batteries pour la production d’électricité".

Une autonomie en fonction de la météo

La famille possède également un petit groupe électrogène pour les quelques journées très grises de l’hiver où la production d’énergie est trop faible, ce qui permet de recharger les batteries.

Quand on dit aux gens qu’on habite une maison autonome en énergie, ils s’imaginent parfois que nous vivons dans une grotte. Autant dire qu’ils sont surpris quand ils voient la maison

Anthony

Une innovation architecturale

En effet, la bâtisse détonne dans le paysage des maisons en tuiles canal vendéennes. "Elle fait 169 m² pour seulement 115 m² taxables en raison de sa forme arrondie qui fait penser à une coquille Saint-Jacques, un demi-igloo pour certains, une soucoupe volante pour d’autres".

Sous le soleil exactement

Sur la partie nord, là où sont les chambres, le dôme limite les déperditions thermiques, la chaleur remonte. Au sud, où se trouve la pièce de vie, les grandes ouvertures vitrées captent les apports du soleil.

"Nous vivons avec le soleil et grâce à lui" insiste le papa qui a largement participé à la construction pour réduire les coûts. "Le prix au mètre carré était moins cher qu’une maison bois madrier, mais un peu plus cher qu’une maison classique".

Une construction qui fait réfléchir

La maison est construite sur pilotis pour éviter les remontées d’humidité et ventiler le gaz radon, très présent dans le sous-sol granitique du grand ouest. L’isolation est constituée de panneaux de laine de bois.

Des débords de toit servent à faire de l’ombre sur les ouvertures l’été. "Cela fait trois ans que nous vivons dans cette maison et on s’y sent bien. Je ne lui trouve pas de défauts, surtout quand on voit le prix de l’énergie qui ne cesse d’augmenter" souligne Anthony qui ouvre parfois sa maison aux visiteurs à l’occasion de portes ouvertes. "Ça fait réfléchir les gens à l’autonomie".

Et pendant que les enfants jouent, dont les deux dernières, des jumelles de 18 mois, Anthony s’apprête à recevoir son container qui lui fera office d’atelier.

À La Chapelle-Palluau, si on vous parle de soucoupe volante, vous ne serez pas surpris désormais.

► Retrouvez tous les témoignages Vous Êtes Formidables sur france.tv

► Voir l'ensemble de nos programmes sur france.tv