UFC : le vendéen Ciryl Gane, figure du MMA français, met l'Australien Tai Tuivasa KO à Paris

Publié le Mis à jour le
Écrit par Céline Dupeyrat .

Dans un Bercy surchauffé, qui a entonné la Marseillaise et autres chants de supporters, le vendéen Ciryl Gane, n°1 de la catégorie des poids lourds UFC, a foudroyé le n°3 mondial dans le troisième round, après avoir pourtant frôlé le KO dans la deuxième reprise.

Un  physique à la Hercule,  mais toujours un large sourire, le  Ciryl Gane, était la tête d'affiche de la grande soirée UFC Paris samedi à Bercy. En un temps record, il s'est imposé comme le visage emblématique du MMA français.

Pour le premier événement organisé en France par l'UFC, la plus importante organisation de MMA au monde, il semblait évident de proposer en combat principal de la soirée une affiche avec Gane, 32 ans.

Vainqueur par KO

"Je suis juste content de pouvoir amener ça aux Français. Combattre devant mes fans, c'est incroyable!", dit-il, conscient de son rôle de porte-drapeau de la discipline. "Je dois montrer l'exemple. Qu'est-ce que ça veut dire ? C'est m'entraîner durement et gagner des combats." 
"Je suis très conscient de ça et très flatté", assure-il.  

Et le vendéen n'a pas tremblé. Il est allé au sol mais a finalement triomphé de son adversaire australien.

Dans un Bercy surchauffé, qui a entonné la Marseillaise et autres chants de supporters, Gane, n°1 de la catégorie des poids lourds, a foudroyé le n°3 mondial dans le troisième round, après avoir pourtant frôlé le KO dans la deuxième reprise. Il ajoute ainsi une onzième victoire à son palmarès dans les arts martiaux mixtes et inflige à Tuivasa son quatrième revers en seize apparitions dans la cage.

Nouvelle chance pour la ceinture mondiale

Grâce à cette victoire, le Français de 32 ans devrait de nouveau avoir une chance de combattre pour la ceinture mondiale prochainement, après son échec face à Ngannou en janvier dernier. Pour la première venue en France de l'UFC, deux ans après la légalisation de la discipline, l'Accor Arena de Paris affichait complet, les 15 000 places ayant été vendues en quelques minutes, à des prix allant de 83 euros à plus de 1 500 euros.

 "Bon gamin" un surnom qui lui va bien

S'il est aujourd'hui la figure emblématique en France du MMA, c'est en fait par hasard et sur le tard qu'il a découvert le monde des arts martiaux. 

Arrivé à Paris de sa Vendée natale pour ses études, il enchaîne les petits boulots qui l'obligent à travailler les week-ends et doit abandonner les sports collectifs. 

"Un ami de ma promo de BTS faisait de la boxe thaï. Il m'a dit de venir essayer et c'est comme ça que j'ai commencé", raconte-t-il. 

Il a déjà 24 ans mais les entraîneurs détectent immédiatement le talent du colosse, avec son 1,95 m et ses 112 kg. 

C'est toujours le hasard qui le mène au MMA et surtout à Fernand Lopez, l'entraîneur de référence de la discipline en France. "Je cherchais un club un peu plus proche de chez moi et je suis tombé sur la salle de Fernand Lopez".

Ciryl Gane disputait ce samedi soir 3 septembre,  le premier combat officiel de sa carrière à domicile. C'était aussi son premier depuis sa défaite face au champion des poids lourds Francis Ngannou, le 23 janvier dernier en Californie. Il combattait alors pour la ceinture mondiale, à peine trois ans et demi après ses débuts dans la discipline.


Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité