Luçon, en Vendée : une plaque à la mémoire des enfants victimes d'agressions sexuelles par des prêtres

Publié le Mis à jour le
Écrit par Olivier Quentin avec Eléonore Duplay
Environ 300 personnes ont assisté à la "veillée pénitentielle" dirigée par Mgr Jacolin.
Environ 300 personnes ont assisté à la "veillée pénitentielle" dirigée par Mgr Jacolin. © France Télévisions Eléonore Duplay

Il l'avait promis en octobre dernier, Monseigneur Jacolin, évêque de Luçon, en Vendée, a dévoilé ce dimanche une plaque-mémoriale pour dire la repentance de l'Eglise pour les enfants victimes de violences sexuelles par les prêtres. La plaque a été posée à l'intérieur de la cathédrale de Luçon.

En octobre 2020, l'évêque de Luçon annonçait lors d'une conférence de presse que le diocèse faisait acte de repentance pour les agressions sexuelles dont ont été victimes 65 enfants. Leurs agresseurs étant des prêtres et les faits, commis en Vendée, se sont étalés des années 40 jusqu'aux années 80. 

En présence du collectif des victimes de violences sexuelles dans l'Eglise de Vendée, Mgr Jacolin avait dit la honte qu'il ressentait :

"Je reconnais, avait-il déclaré, le poids des souffrances inscrites à jamais dans le corps et le cœur des personnes victimes de violences sexuelles dans leur enfance au sein de notre Eglise. Je tiens à redire fortement que vous, victimes, étiez des enfants innocents sous l’emprise de personnes qui ont abusé de leur pouvoir spirituel, vous entrainant dans une spirale d’horreurs et de manipulations perverses pour assouvir leurs plus bas instincts."

Un acte de repentance que Mgr Jacolin avait souhaité concrétiser par la pose d'une plaque-mémoriale dans la cathédrale de Luçon. Pose qui devait avoir lieu dans les jours qui suivaient mais le deuxième confinement en a décidé autrement.

 

 

 

C'est donc ce dimanche 14 mars 2021 que la plaque a été dévoilée lors d'une cérémonie réunissant quelques 300 personnes tout d'abord dans le cloître attenant à la cathédrale puis dans la cathédrale elle-même.

 

 

Dans le cloître, Monseigneur François Jacolin a lu le texte figurant sur la plaque puis, après la présentation de la plaque, une cérémonie dite "veillée pénitentielle" a eu lieu dans la cathédrale. Etaient présents des victimes, des proches mais aussi des prêtres et des religieuses.

"Des pasteurs à la tête du diocèse de Luçon ont manqué de lucidité, de courage et de justice devant de telles actes, dit la prière inscrite sur la plaque et rédigée par l'évêque de Luçon, aggravant ainsi les souffrances des enfants violentés et exposants d'autres enfants aux mêmes risques."

La prière se poursuit par ces mots : "Que ceux (les prêtres agresseurs) qui sont encore sur cette terre vivent dans un repentir sincère, qu'ils Te demandent pardon à Toi notre Père ainsi qu'à ceux dont ils ont violenté l'enfance innocente. Qu'ils s'engagent à réparer par une vie de pénitence le mal qu'ils ont commis. Que ceux qui sont morts trouvent auprès de Toi, jugement, miséricorde et purification."

voir le reportage

Cette plaque est pour les victimes qui étaient présentes une étape importante mais non suffisante. Ils disent maintenant attendre une réparation individuelle et que l'Eglise, au niveau national, ait une démarche similaire à celle de l'évêque de Luçon.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.