• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Météo : la sécheresse se fait sentir en Pays de la Loire, les cultures souffrent

À St Maurice le Girard en Vendée. La sécheresse a grillé les prairies où paissent les bovins. / © Olivier Quentin/France3
À St Maurice le Girard en Vendée. La sécheresse a grillé les prairies où paissent les bovins. / © Olivier Quentin/France3

Pas de catastrophisme mais un peu d'inquiétude tout de même. En Pays de la Loire les agriculteurs notent déjà des pertes de rendements dans les cultures. Le manque de pluie depuis le mois de mai affecte certaines productions.

Par Olivier Quentin

Claude et Dominique ont sorti le calendrier sur lequel ils notent les précipitations. Le constat est clair, 18 mm en juillet, 12 mm en août c'est bien insuffisant. Propriétaires du GAEC familial à Saint Maurice le Girard, près de Fontenay le Comte en Vendée, ils attendent avec impatience les prochaines pluies prévues pour ce jeudi. En espérant qu'elles arroseront copieusement leurs parcelles. Celles de maïs notamment dont les rendements vont chuter de 50 %.

Les prairies sont grillées

Le GAEC des Trois Fontaines est une exploitation familiale où les Bernard engraissent des jeunes bovins pour la boucherie. 500 bêtes, des Blondes d'Aquitaine qui commencent à manquer de nourriture. Les prairies sont grillées, ils faut apporter au troupeau du fourrage pour subvenir à ses besoins et des tonnes d'eau. Dominique a déjà "tapé" dans le fourrage stocké pour l'hiver à venir. Il sait qu'il devra acheter du complément pour engraisser les jeunes bovins. Ça signifie des frais en plus alors que le prix au kilo est déjà trop bas.

Coup de soleil sur les légumes

Ce constat est fait dans d'autres secteurs de la région. En Loire-Atlantique et dans le Maine et Loire on annonce aussi un rendement médiocre sur le maïs non irrigué. Dans les cultures légumières on s'attend à une perte de rendement également. Les fortes chaleurs de juin et juillet ont fait du dégât et contribué au développement de certains insectes nocifs. Même si on est loin de la catastrophe on se prépare à subir des surcoûts de production en eau et en électricité sur les parcelles où l'irrigation était autorisée.

Notre reportage en vidéo


Reportage : Olivier Quentin, Jean-Pierre Brenuchon, Yves Quesnel

A lire aussi

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus