Déconfinement : à Saint-Hilaire-de-Riez en Vendée, des médiateurs sur les plages pour faire respecter les mesures

Comment faire respecter la notion de "plage active" ? A Saint-Hilaire-de-Riez, la commune a recruté des médiateurs, ils ont été particulièrement sollicités en ce week-end de l'ascension.

Des médiateurs sillonnent la plage de Saint-Hilaire-de-Riez
Des médiateurs sillonnent la plage de Saint-Hilaire-de-Riez © France Televisions
Une sortie à la mer, mais sans serviette ni parasols...
A Saint-Hilaire de Riez,  des médiateurs arpentent quotidiennement, en quad,  les 13 kilomètres de plage,  pour vérifier le bon respect de l'arrêté préfectoral.

"On passe beaucoup dans les chemins derrière et comme il y a des entrées où il n'y a rien de spécifié, on n'a pas fait attention, dit un promeneur, je sais que, hors saison, il n'y aucun soucis, maintenant on ve respecter".
Orlane est médiatrice sauveteuse en mer à St Hilaire de Riez
Orlane est médiatrice sauveteuse en mer à St Hilaire de Riez © France Televisions
Outre les chiens, les médiateurs surveillent surtout l'activité des visiteurs, qui doivent absolument rester en mouvement.

"Nous, ce qui nous gêne, c'est de voir des serviettes étendues, même si les gens ne sont pas dessus, à partir du moment où les serviettes sont étendues, ça va inciter les gens à faire de même et peut-être à s'installer, explique Orlane Roho, sauveteuse en mer.

Chaque été, le maire recrute une quarantaine de sauveteurs en mer. Pour surveiller la fin du confinement, il a dû avancer certains de ces contrats.

"On a 7 policiers municipaux qui se relaient, 4 médiateurs en semaine" explique Laurent Boudelier, maire de Saint-Hilaire de Riez.

Outre les règles sanitaires, les médiateurs surveillent aussi le respect de la faune,  qui en deux mois avait repris ses aises sur la grande plage déserte.

"C'est pour protéger un oiseau qui s'appelle le gravelot à collier interrompu, un tout petit oiseau aui se balade à marée basse en bord de mer et sinon qui va nicher en haut de plage", raconte Orlane.

Les oeufs devraient avoir le temps d'éclore avant l'été. Les spécialistes espèrent voir cette année trois fois plus de naissances.

► Le reportage de notre rédaction 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mer nature déconfinement société coronavirus santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter