• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

En meeting en Vendée, Marine Le Pen tacle François Fillon et décrit une France “usine à jihadistes”

Aux Sables d'Olonne, les kits de campagne pour soutenir Marine Le Pen. / © LOIC VENANCE / AFP
Aux Sables d'Olonne, les kits de campagne pour soutenir Marine Le Pen. / © LOIC VENANCE / AFP

Marine Le Pen, la candidate du Front national, a prononcé un discours ultra-sécuritaire et attaqué Fillon et "sa mine de communiant" lors d'une réunion publique aux Sables d'Olonne en Vendée, cette "terre de mission" de son parti.

Par Cécilia Sanchez (avec AFP)

Environ 500 personnes s'étaient réunies le 27 mars 2017 aux Sables d'Olonne pour écouter Marine Le Pen, qui a principalement attaqué son adversaire Les Républicains, François Fillon, qui tenait un meeting le soir même à Nantes.

"Celui qui s'est présenté avec sa mine de premier communiant, mais dont les Français ont pu percevoir quel était l'homme qui se cachait derrière cette posture", a-t-elle scandé, avant de tacler le bilan de Fillon comme ancien Premier ministre. "Premier ministre, il s'alarme d'un Etat en faillite : il a fait 600 milliards de dettes de plus, c'est un record absolu", a lancé la candidate FN.

15 000 agents de police

"Souvenez-vous, ils allaient passer le kärcher dans les banlieues", mais "le choix qu'a fait M. Fillon lorsqu'il était à la tête du gouvernement, ça a été de retirer le matériel et les effectifs de la police. Moi je ferai le choix inverse", a-t-elle clamé, promettant de recruter "15 000 agents" dans les forces de sécurité et dénonçant la France "devenue une usine à jihadistes".
Le gouvernement Sarkozy-Fillon "n'a pas respecté" les promesses et "s'est précipité pour jouir du pouvoir comme quelqu'un qui avait gagné au loto", a insisté la présidente du FN dans un département où Sarkozy l'avait devancée de plus de 17 points au premier tour en 2012. 

L'Ouest, "terre de mission" du FN

"On a souvent dit de l'Ouest qu'il représente pour le mouvement patriote une terre de mission, l'un de ces territoires où les vieux clivages persisteraient, où les vieux partis continueraient de dominer la vie politique". Mais "aujourd'hui, le mouvement patriote ne s'arrête plus aux portes de l'Ouest", a assuré Marine Le Pen, dans cette région dirigée par Bruno Retailleau (LR), un des principaux soutiens de François Fillon.
Elle n'a pas échappé à la règle et a également ciblé Emmanuel Macron, son principal adversaire de cette élection présidentielle. Elle a reformulé les critiques émises lors du débat télévisé sur TF1 : "on pourrait dans la plupart de ses discours inverser l'ordre des mots, ça aurait autant de sens", "une sorte de logorrhée filandreuse".

Marine Le Pen a fini par "rendre hommage à Philippe de Villiers le souverainiste" qui a été président du conseil général de la Vendée et a fondé le Mouvement pour la France (MPF). "Nous avons beaucoup en commun", a-t-elle conclu.

 

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus