Les Sables d'Olonne : “Non, la moitié de la population n'a pas plus de 75 ans” le coup de gueule du maire Yannick Moreau

© Damien Raveleau, France 3 Pays de la Loire
© Damien Raveleau, France 3 Pays de la Loire

Yannick Moreau, le maire des Sables d'Olonne, monte au créneau contre TF1. En cause, un reportage diffusé dans le journal télévisé de la chaîne privée qui fait passer la station balnéaire pour une ville de "personnes âgées".

Par Fabienne Béranger

Tout est parti d'un sujet diffusé dans le  20 heures de TF1 du mardi 11 février consacré aux Sables d'Olonne, présentée comme une ville "dont près de la moitié des habitants a plus de 75 ans".

Le journaliste Noé Gandillot décrit les Sables comme une ville "pensée, conçue depuis des décennies pour les personnes âgées". Preuves à l'appui : "une maison de retraite ouvre tous les six mois", "à chaque coin de rue, des pharmacies", "sur le front de mer, des bancs tous les 20 mètres", énumère-t-il.

► Le JT de 20h de TF1 (à voir dès 18')
De quoi agacer le maire de la ville, Yannick Moreau, qui estime que "sur le fondement de contre-vérités", "le journal télévisé de TF1 a caricaturé notre ville et blessé ses habitants".

"Non, monsieur le directeur de l'information",
écrit-il à l'attention de Thierry Thuillier , "près de la moitié de la population des Sables d'Olonne n'a pas plus de 75 ans". Un chiffre "complètement erroné" utilisé, selon Yannick Moreau, pour "servir un sujet délibérément orienté sur notre ville".

Le maire des Sables poursuit en rappelant que la part de la population âgée de plus de 75 ans est de 18,5%.
 

Droit de réponse

Yannick Moreau estime que "le manque de professionalisme" de la rédaction de TF1 a porté "un préjudice considérable" à la ville, blessant ses habitants "par cette caricature grossière".

Il rappelle que les Sables est un "port millénaire, bâti par le travail des marins pêcheurs et rendu célèbre par sa grande plage de sable fin et le rayonnement du Vendée Globe dont il est tous les 4 ans  l'heureux port d'attache". 

Yannick Moreau demande réparation du préjudice et se tient prêt à examiner avec la rédaction de TF1, "le moyen le plus adapté de restaurer sans délai l'image des Sables d'Olonne".



 

Sur le même sujet

Les + Lus