VIDÉO. "Bonjour à tortous", à 72 ans, Eliane partage ses recettes en patois vendéen sur les réseaux sociaux

De plus en plus d’agriculteurs se mettent aux réseaux sociaux afin de faire découvrir les coulisses de leurs métiers. En Vendée, Éliane fait la promotion des produits de la terre, ceux de l'entreprise familiale de maraîchage.

"Bonjour à tortous, me v'latt' année, qui va vous expliquer comment faire cuire la courgette. Elle a été ramassée à matin, elle a la flure !"*

Filmée par sa petite-fille Romane, Éliane Pineau, 72 ans, se lance dans une recette de cuisine en patois vendéen. Le tout avec les légumes récoltés sur l'exploitation maraîchère de ses enfants au Perrier (Vendée), près de Saint-Jean-de Monts.

"C'est ma petite fille qui est dans le marketing. Un jour, j'étais à trier le poireau et elle me dit « tiens, je vais te filmer pour faire une vidéo ». (...) Et c'est parti comme ça, tout simplement" raconte Éliane.

On ne pensait pas faire tant de vues que ça

Eliane

Cuisinière 2.0

Aujourd'hui, les vidéos de la septuagénaire cumulent des milliers de vues sur les réseaux sociaux.

Et tout ça alors qu'Éliane n'a ni téléphone portable, ni ordinateur et donc pas interne, juste la nature à portée de main.

"Des fois, je m'arrête, je regarde la nature. Admirez-la, comment elle est belle", mais en même temps, Eliane sait qu'il faut vivre avec son temps, elle qui a découvert les réseaux sociaux avec sa petite-fille.

"C'est l'avenir. On ne peut pas revenir en arrière. On est obligé d'avancer un peu quand même. Moi, je m'y fais, on se fait à tout. Il faut aller de l'avant comme ils disent, on ne fera pas marche arrière maintenant".

"Je pensais à mes anciens, l'autre jour, ils vivaient avec deux vaches. C'est vrai qu'ils n'avaient pas un sou à la maison, mais ils vivaient, ils vivotaient. Maintenant, ce n'est plus possible. Quand on voit l'agriculture d'aujourd'hui, qui est quand même pas facile, on n'est pas dans un monde facile, toujours à se remettre en question".

Partager son quotidien

En première année de communication, Romane, de son côté, a tout de suite pensé à sa grand-mère pour promouvoir l'entreprise familiale, mais également les produits locaux.

"Je ne vois pas quelqu'un d'autre dans l'entreprise jouer ce rôle, c'est elle, elle a toujours aimé ça, les gens sur le marché l'adorent parce qu'elle parle beaucoup, elle est drôle". 

"Les vidéos peuvent être vues de n'importe où, mais on souhaite montrer que consommer local c'est bien et que ça apporte vraiment quelque chose," glisse encore Romane.

Le reportage de Quentin Carudel, Carla Butting et Valérie Brut

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv