Sécurité routière en Vendée : de la prévention auprès des jeunes pour faire baisser la mortalité sur les routes

On a moins circulé sur les routes l'an dernier, et pourtant, en Vendée, les accidents ont fait autant de morts qu'en 2019. 43 personnes sont décédées sur les routes du département. Alors comment améliorer la sécurité routière ? Notamment par la prévention, comme au collège Sourdy de Luçon.

Campagne de prévention sur la sécurité routière auprès des jeunes du collèges Sourdy à Luçon, mars 2021
Campagne de prévention sur la sécurité routière auprès des jeunes du collèges Sourdy à Luçon, mars 2021 © France Televisions

Contrôler son cable de frein, vérifier le bon fonctionnement de son pédalier, c'est s'assurer plus de securité sur la route. Pour les collegiens de Luçon qui  se rendent au collège à vélo, il s'agit de faire regulièrement le point, pour éviter le pire et intégrer au mieux les consignes de prudence et de sécurité.

"On regarde si le vélo est en bon état. C'est important parce que, par exemple, si les freins ne fonctionnent pas, on risque de foncer dans une voiture", explique Bérénice, attentive au moindre détail.

"Moi je fais plus attention aux voitures. Et je mets toujours un casque pour être sécurisé au cas où j'ai un accident. Le matin très tôt, je mets un gilet, mais l'après-midi quand il fait grand soleil, je n'en mets pas", ajoute Thomas élève de 5ème.

L'atelier vise à sensibiliser à la sécurite routiére ces jeunes usagers de la route. Ces élèves font partie de ce que l'on appelle "les personnes vulnérables", au même titre que les piétons et les deux roues motorisées.

"Il y a toujours autant de morts en 2020 qu'en 2019. En revanche, il faut constater qu'il y a eu moins d'accidents, moins 29%. Et moins de blessés. Un recul de moins 25%" explique Benoît Brocart, préfet de Vendée.

Il y a  toujours autant de morts. Cela doit nous inciter à rester mobilisés et à continuer à agir sur ce terrain.

Benoît Brocart, Préfet de Vendée

43 personnes ont perdu la vie sur les routes de Vendée en 2020. Face à ces mauvais chiffres et malgré la crise sanitaire, la préfecture compte maintenir la pression sur ce dossier. En 2020, 16 500 procès verbaux ont été dressés et 2 500 permis suspendus. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité routière société sécurité éducation