• faits divers
  • société
  • économie
  • sport
  • football
  • Insolite

Vendée : un bovin trépané par l'homme il y a 5 000 ans, un acte de chirurgie

Reconstruction en 3D du crâne de vache montrant le trou provoqué par la trépanation / © Fernando Ramirez Rozzi / CNRS / AFP
Reconstruction en 3D du crâne de vache montrant le trou provoqué par la trépanation / © Fernando Ramirez Rozzi / CNRS / AFP

Découvert en Vendée dans les années 70, ce crâne de bovin, percé d’un trou, montre que la trépanation était pratiquée il y a plus de 5 000 ans, assurent les chercheurs. Volonté de soigner ou exercice de chirurgie ? La question reste ouverte.

Par FE avec AFP

"En Europe, il y a beaucoup de crânes humains datant du néolithique qui montrent des signes de trépanation. Mais on n'avait encore jamais retrouvé de crâne animal trépané", explique à l'AFP Fernando Ramirez Rozzi, paléoanthropologue dans un laboratoire du CNRS.

Le crâne de bovin a été découvert dans les années 70 sur le site de Champ Durand, sur la commune de Nieul-sur-l'Autise, en Vendée. Entre 3400 et 3000 avant Jésus-Christ, ce camp fortifié était un carrefour important dans le négoce de bétail. Il fait l’objet de recherches depuis plusieurs années.

Un trou percé par l'homme


L'équipe menée par Fernando Ramirez Rozzi et Alain Froment du Musée de l'Homme a d'abord cherché à démontrer que la vache en question n'avait pas eu le crâne percé par un coup de corne asséné par un autre bovin, ou par une pierre reçue sur la tête.

"Si le trou situé sur un lobe frontal avait été provoqué par un coup de corne ou un autre élément, on devrait voir que l'os était enfoncé vers l'intérieur. Or ce n'est pas du tout le cas", argumente Fernando Ramirez Rozzi. 

"En revanche, on trouve autour du trou des marques de grattage qui sont similaires à celles que l'on observe sur des crânes humains trépanés" au néolithique.

Le scientifique estime avoir "montré sans ambiguïté que les crânes de la vache et les crânes humains ont subi la même technique".

Pourquoi trépaner un b​ovin ?


10 000 avant Jésus-Christ, à l'époque mésolithique, l'homme pratiquait déjà la chirurgie crânienne sur d'autres hommes précisent les scientifiques. Ils avancent donc deux hypothèses : soit pour soigner l’animal, soit pour s’exercer avant d’opérer des hommes.

Fernando Ramirez Rozzi a tendance à privilégier cette seconde hypothèse. "Je ne vois pas très bien l'intérêt de vouloir sauver un bovin, qui faisait partie d'un gros troupeau. Sauf peut-être si c'était un reproducteur très important""Je crois que c'était surtout une pratique que l'on testait sur un animal avant de passer à l'homme". 

Sur le même sujet

travaux pont de Cheviré

Les + Lus