Cet article date de plus de 5 ans

Vendée : des cas de dengue et de virus zika détectés

Le virus est propagé par le moustique tigre, de son vrai nom Aedes Albopictus, la Vendée fait l'objet d'une surveillance renforcée, 1 cas de dengue et 2 cas de zika importés ont été détectés dans le département depuis le début du mois de mai.
Aedes Albopictus est présent de le sud de la Vendée, le moustique tigre transmet les virus du chikungunya, de la dengue et du virus zika
Aedes Albopictus est présent de le sud de la Vendée, le moustique tigre transmet les virus du chikungunya, de la dengue et du virus zika © EID Méditerrannée via AFP
Aedes Albopictus s'est installé dans le sud de la Vendée. Un petit foyer est observé autour de Fontenay-le Comte en particulier. Le département fait donc l'objet d'une surveillance renforcée. Médecins et établissements hospitaliers doivent déclarer les cas de chikungunya, de dengue et maintenant du virus zika. Depuis le début du mois de mai, 1 cas de dengue et 2 cas de zika ont été identifiés et déclarés en Vendée. Trois cas de virus importés lors des retours de séjours aux Antilles.

Pour l'instant le réseau d'alerte n'a pas détecté de cas dit "autochtone". Soit une personne chez qui le virus aurait-été inoculé par un moustique vendéen !
Auquel cas l'EID-Atlantique, l'établissement interdépartemental de démoustication du littoral Atlantique, interviendrait pour faire prendre les précautions nécessaires pour diminuer la présence du moustique tigre.

La traque des premiers moustiques tigres en Vendée en 2012 (article et reportage vidéo)
Moustique tigre et virus
Le moustique tigre, de son nom scientifique Aedes Albopictus, est le vecteur privilégié du West Nile Virus. Une maladie mortelle lorsqu'elle n'est pas soignée à temps. Depuis les Antilles ou La Réunion, il transporte aussi les virus du chikungunya, de la dengue et du virus zika. Ce dernier est également transmissible par voie sexuelle !

Le moustique est arrivé en France par nos voisins italiens et espagnols. Il remonte rapidement depuis le sud en se laissant transporter à bord des conteneurs sur les cargos ou les camions. Pour l'instant seuls quelques spécimens ont été repérés en Vendée, qui est placée en alerte de niveau 1, aucun en Loire-Atlantique.

Ce début d'été, selon l'EID-Atlantique, l'établissement interdépartemental de démoustication du littoral Atlantique, l'activité d'Aedes Albopictus reste basse et ne nécessite pas de traitement particulier.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société sciences sorties et loisirs