“Sous la peau” samedi au Théâtre du Gyptis à Marseille

photo Maude Grübel
photo Maude Grübel

Un musicien, Camel Zekri, et un acteur, Sharif Andoura, narrent les souffrances et les cris des corps colonisés. Une mise en scène de Thierry Bédard à partir de textes de Frantz Fanon.

Par Muriel Gensse

Le spectacle entre dans le cadre de la 7ème édition des Rencontres à l'échelle, organisée par Les Bancs Publics - Lieu d'expérimentations culturelles, et dont le Théâtre du Gyptis est partenaire.

Les textes de Frantz Fanon

Après être allé en France se battre contre le nazisme, Frantz Fanon le Martiniquais s’engage aux côtés des Algériens. psychiatre directeur de l’hôpital de Blida, en pleine guerre, il pense la psychanalyse pour les colonisés et repère quelle lutte il faut mener contre l’inconscient, contre ce mutisme terrifié qui saisit ceux qui ont été arrachés d’eux-mêmes. Lui-même dictant ses écrits en marchant pour forcer la délivrance de sa parole.

La création du spectacle

Le musicien Camel Zekri a proposé à Thierry Bédard, qui met en scène depuis une dizaine d’années des auteurs contemporains de cultures dévastées, de concevoir un théâtre musical à partir d’un montage de ses textes. il crée  la composition musicale à partir d’un traitement d’éléments sonores et vocaux (dont la voix de Frantz Fanon). sur scène, il joue d’instruments à cordes (guitare, gombri) aussi bien que de l’électro, en écho à la voix de sharif Andoura, un comédien brillant, belge expatrié en France et d’origine syrienne. Sous la peau campe un dispositif pour un corps-à-corps sonore avec la parole.

Toutes les informations pour réserver

Sur le même sujet

Les + Lus