Aux Baumettes, les travaux de rénovation ont commencé. Images à l'appui

Publié le Mis à jour le
Écrit par Hélène Bouyé

Une de nos équipes est entrée aux Baumettes.Une exclusivité. Elle a filmé dans le tristement fameux bâtiment A  dont les conditions de vie ont été dénoncées dans le rapport du contrôleur des prisons.

Jean-François Giorgetti et Jérémie Hessas ont suivi la visité guidée du directeur interrégional des services pénitentiaires dans ce bâtiment," le plus ancien, le plus dégradé et le plus vétuste " du centre pénitentiaire.
Aucune image n'avait été faite depuis la parution du rapport du contrôleur des prisons.
Depuis début décembre, tout s'est précipité. Le rapport accable, les avocats notamment de l'OIP plaident, le tribunal ordonne, jusqu'au Conseil d'Etat pour qui la dératisation et la désinsectisation doivent être effectués d'urgence.
Aux Baumettes, les travaux ont  commencé le 17 décembre dernier dans le bâtiment A, puis viendra le bâtiment B. En tout 800 cellules dont 600 sont à rénover. Une rénovation qui se fera par tranche de dix cellules. Douze détenus actuellement en formation à l'intérieur dans un chantier école devraient participer aux travaux.
durée de la vidéo: 02 min 04
AUx Baumettes, les travaux ont commencé





 
En décembre, les Baumettes, une prison dans la lumière
Le 6 décembre dernier, la parution des recommandations d'urgence du contrôleur général des lieux de privation de liberté Jean-Marie Delarue provoque un choc et les images du photographe Georges Korganov qui l'accompagnent se passent presque de mots. Ces images fortes font prendre la mesure d'un état des lieux accablant pour l'administration pénitentiaire. 

Aux Baumettes, le contrôleur général a fait les comptes, la surpopulation atteint  145,8 %, aujourd'hui elle est de 140%. 
Des chiffres
1600 hommes en prison pour 1190 places. Trois à quatre cents détenus y sont condamnés à moins de six mois. Chaque année 3500 prisonniers passent par les Baumettes.

Une question de dignité qui se plaide
En prison, le délabrement, le manque d'hygiène délabrent aussi la dignité des détenus. Le juge du conseil d'Etat lui aussi le 22 décembre dernier " a relevé que la carence de l’administration dans l’ entretien de la prison avait porté une atteinte grave et manifestement illégale à ces libertés."  
Les atteintes aux droits fondamentaux des hommes et des femmes en prison donne aussi la mesure de la santé d'une démocratie, c'est la position que défend Robert Badinter ancien avocat, ex-garde des Sceaux, estimant en substance, qu'une détention dans ces conditions d'hygiène relevait "d'une double peine" .
" Les Baumettes", en décembre, deviennent emblématiques d'un combat à mener d'urgence aussi devant les tribunaux. Notamment pour l'Observatoire International des prisons qui le 7 décembre demande la fermeture des Baumettes et qui les semaines suivantes plaidera (avec des représentants des avocats et du barreau de Marseille) les mesures à prendre et les travaux à faire d'urgence, devant le tribunal administratif le 14 décembre, et devant le conseil d'Etat le 20 décembre.