Suivez jour après jour le procès PIP

Le procès des prothèses défectueuses de la société Poly Implant Prothèse (PIP) a commencé mercredi 17 avril et durera environ un mois. suivez jour après jour ce procès sur une infographie chronologique, avec tous les évènements et tous les articles concernant cette affaire.

Par Christophe Monteil

Mars 2013 : Le Contrôleur de qualité mis en cause


Courant mars, la Tüv, leader mondial du contrôle de qualité, notamment des prothèses PIP, est assignée au civil par six distributeurs de PIP étrangers et 1 500 porteuses de prothèses. Le tribunal de Toulon fait de la Tüv une victime de la société PIP, non un responsable. Pour le procès PIP, la Tüv s'est constituée partie civile. Reportage de France 3.

Avril 2013 : Une affaire, quatre procédures


Tromperie aggravée et escroquerie. Le procès dans le scandale des prothèses PIP s'ouvrira bientôt. Mais il existe d'autre procédures autour de cette affaire, notamment pour "blessures et homicides involontaire". Le détail des différents volets.

16 avril 2013 : Veille de l'ouverture


Un espace a été spécialement aménagé au Parc Chanot pour ce procès hors normes qui concerne 5 prévenus, 5127 plaignantes dont 220 étrangères, 300 avocats. Jean-Claude Mas le fondateur de la société et 4 autres personnes sont jugés pour tromperie aggravée et escroquerie. Chiffres, rappel des faits, portrait du fondateur de PIP.

17 avril 2013 : Début du procès


Au parc Chanot, à Marseille, des milliers de victimes et près de 200 avocats pour plusieurs semaines d'audience.Toutes les Informations, jour après jour, dans notre rubrique spéciale PIP.

17 avril 2013 : Les attentes des plaignantes


5 127 plaignantes attendent que le jugement des prévenus dans l'affaire PIP. Parmi elles, 220 étrangères se lassent des débats et veulent enfin être entendues. Certaines, désespérées, envisagent de rentrer dans leur pays. Leur seul souhait : être indemnisées, se débarrasser de leur prothèses PIP pour reprendre une vie normale.

17 avril 2013 : Ouverture du procès


1ère journée d'audience :

18 avril 2013 : 2ème journée d'audience


Le tribunal correctionnel rejette les requêtes formées par la défense, pour obtenir un report du procès. L'avocat du principal prévenu Jean-Claude Mas estime n'avoir pas dit son dernier mot. Réactions et images.

19 avril 2013 : Les 5 prévenus sont entendus


Les 5 prévenus sont entendus devant le tribunal. J-C Mas défend ses prothèses défectueuses, sans s'excuser auprès des plaignantes. Les détails du troisième jour.

20 avril 2013 : Jean-Claude Mas, fier "géo trouvetou" du "parfait" gel PIP


Debout à la barre, la voix grave, posée, le fondateur de la société Poly Implant Prothèse (PIP), âgé de 74 ans, s'est exprimé, sans vaciller, devant le tribunal correctionnel de Marseille (Bouches-du-Rhône), vendredi 19 avril. Accusé de "tromperie aggravée" et d’"escroquerie", il a reconnu que le gel des prothèses mammaires qu’il fabriquait n’était pas homologué, mais a démenti sa dangerosité. Qui est ce septuagénaire ? Son portrait, à travers ses déclarations, du début de l'affaire à son audition au procès.

22 avril 2013 : Bridget " vit avec une bombe à retardement "


Bridget tenait à assister à l'ouverture du procès, mercredi 17 avril. Elle est venue de la Ciotat, à une trentaine de kilomètres de là. Mais l'affluence du premier jour a un effet boomerang. "Je suis rattrapée par mon histoire", souffle-t-elle. Découvrez son histoire.

22 avril 2013 : Les trois défaillances qui ont mené au scandale


Des inspecteurs de l'Agence Française des Produits de Santé, l'Afssaps – devenue l'ANSM le 1er mai 2012 – et le médecin salarié du certificateur allemand TÜV Rheinland ont été entendus comme témoins, lundi 22 et mardi 23 avril. Leurs employeurs sont parties civiles, au grand regret des victimes, qui espéraient les voir parmi les prévenus. Leur audition met en lumière les trois principaux dysfonctionnements du système.

23 avril 2013 : L'ex Afssaps défend son action


L'ex-Afssaps défend son action en évoquant les limites de la réglementation. La question des contrôles est toujours au coeur de cette nouvelle journée d'audience au procès des prothèses PIP. A la barre, le directeur d'évaluation des dispositifs médicaux de l'ex-Afssaps a mis en avant les défauts de réglementation européenne. Retour sur la 5ème journée.

25 avril 2013 : Les révélations au coeur du scandale


L'affaire PIP touche plus de 300 000 femmes opérées et porteuses d'implants dans le monde. On pensait tout savoir, mais quelques informations font gonfler l'indignation et la colère autour de ce scandale, déjà trop grave.

25 avril 2013 : Deux soeurs victimes de PIP


Parmi les 5 127 plaignantes, ces deux soeurs, Valérie et Sophie. Elles ont toutes les deux dû être réopérées. L'une est soulagée, l'autre traumatisée. Leurs témoignages.

26 avril 2013 : Les victimes entendues


En ce huitième jour de procès PIP, les femmes, victimes des prothèses mammaires défectueuses, sont entendues. Tout comme Jean-Claude Mas, fondateur de la société qui commercialisait les implants PIP. Que se passe t-il dans la salle d'audience ?

26 avril 2013 : Mas renouvelle ses excuses


Jean-Claude Mas, a "demandé pardon" aux victimes de la tromperie, vendredi devant le tribunal correctionnel de Marseille qui juge l'affaire des implants mammaires frauduleux. Le fondateur de la société varoise PIP s'est de nouveau exprimé devant le tribunal correctionnel de Marseille qui juge l'affaire des implants mammaires frauduleux. A voir ici.

29 avril 2013 : Premières plaidoiries des parties civiles


Reprise du procès PIP. Les premières plaidoiries des plus de 6 000 parties civiles débutent. Certains avocats réclament 30 000 euros, d'autres 1 millions d'euros. Les plaidoiries s’achèveront le 7 mai. Que demandent les avocats ?.

3 mai 2013 : Les femmes d'Amérique Latine entendues


En Amérique du sud, une paire de prothèse se vend 100 euros. Plus de 40 000 ont été commercialisées dans cette partie du continent américain et 6200 parties civiles figurent dans ce procès hors du commun où le nombre de plaignantes ne fait qu'augmenter. Les femmes d’Amérique Latine font entre leurs voix.

6 mai 2013 : Le cri d'alarme de l'avocat des victimes Sud-Américaines


Les plaidoiries des parties civiles se poursuivent, un avocat de victimes sud-américaines a dénoncé "la situation catastrophique" de ses clientes, dont "la plupart portent encore des prothèses frauduleuses PIP", faute de moyens. La plaidoirie de Me Arié Alimi.

7 mai 2013 : Une Argentine parle au nom de centaines de plaignantes


Virginia Luna est une des rares victimes étrangères entendues à la barre depuis le début de ce procès hors normes.
Le résumé du 15 ème jour d'audience.

8 mai 2013 : Six distributeurs de prothèses font saisir les comptes du certificateur TÜV


Six distributeurs de prothèses PIP ont saisi mardi par voie d'huissier des comptes bancaires du certificateur TÜV France à hauteur de 900.000 euros à titre conservatoire. Les explications.
Retrouvez les tweets des journalistes présents dans la salle, pour ce 16 ème jour d'audience.

12 mai 2013 : Dernière ligne droite pour le procès PIP


Le marathon du procès PIP touche à sa fin la semaine prochaine. Il a débuté le 17 avril dernier et s'achèvera vendredi prochain, 17 mai. Mardi sera le jour des réquisitions.

14 mai 2013 :


La parole à l'accusation

Après 4 semaines d'audience au procès de l'affaire des implants mammaires frauduleux PIP, le procureur de la République doit dire mardi quelle peine il réclame à l'encontre de son fondateur, Jean-Claude Mas, et de 4 anciens cadres et dirigeants jugés depuis le 17 avril à Marseille.

Le réquisitoire


Après un marathon de plaidoiries du côté des parties civiles, le 14 mai était dédié au réquisitoire de Jacques Dallest, procureur de Marseille, et du vice-procureur, Ludovic Leclerc. Suivez le requisitoire en direct, par les tweets des journalistes présents dans la salle.

Quatre ans de prison ferme requis contre Jean-Claude Mas

Une peine de quatre ans de prison ferme a été requise à l'encontre de Jean-Claude Mas, le fondateur de l'entreprise varoise PIP, jugé dans l'affaire des implants mammaires frauduleux devant le tribunal correctionnel de Marseille. Un réquisitoire de plus de quatre heures, dévoilé par Jacques Dallest, procureur de Marseille.

Comment la fraude s'est organisée 

Par Violaine Jaussent  - Alors que le procureur a requis quatre ans de prison ferme contre Jean-Claude Mas, les auditions des prévenus et témoins du procès, ont dessiné un creux. France TV vous dit tout.

15 mai 2013 : après les réquisitions, place aux plaidoiries


C'est au tour des avocats des cinq prévenus de prendre la parole. Cinq prévenus jugés pour escroquerie et tromperie aggravée. Hier, des peines allant de quatre ans ferme à deux ans ferme ont été requises en l'encontre des prévenus.
Aujourd'hui, Me Boudot, avocat d'Hannelore Font (photo) et Me Bourdelois, avocate de Thierry Brion tenteront d'alléger les peines de leurs clients. Suivez le procès en direct avec les journalistes présents dans la salle.

17 mai 2013 : Le jugement sera rendu le 10 décembre


Au dernier jour du procès, Jean-Claude Mas ne reconnaît que les faits de tromperie mais pas ceux d'escroquerie aggravée. Les plaidoiries sont terminées. Les peines requises vont de 4 ans à 6 mois de prison ferme

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus