Quatre ans ferme requis contre un ex-capitaine de gendarmerie de Fréjus pour détournement de cannabis

Publié le Mis à jour le
Écrit par Olivier Le Creurer avec l'AFP

Quatre ans de prison ferme ont été requis dans la nuit de jeudi à vendredi à Draguignan (Var) contre un ex-capitaine de gendarmerie, accusé d'avoir détourné près de 100 kg de résine de cannabis. Le gendarme de 41 ans est poursuivi pour "détournement de scellés" et "falsification de PV de scellés".

François Levan, qui doit aussi comparaître en Corse en février pour une autre série de délits dans l'exercice de ses fonctions, a été jugé jeudi, jusque tard dans la nuit, par le tribunal correctionnel de Draguignan.

Le gendarme de 41 ans est poursuivi pour "détournement de scellés" et "falsification de PV de scellés". Il est accusé d'avoir, entre 2007 et 2009, détourné 95 kg de résine de cannabis et falsifié des PV de scellés liés à ce stock de stupéfiants, alors qu'il était chef du groupement de Fréjus.

La gendarmerie avait été alertée par son train de vie, le capitaine roulant en Porsche Cayenne et résidant dans une villa acquise pour plus de 500.000 euros. François Levan, qui a démissionné de la gendarmerie en 2010, nie ces accusations, expliquant avoir simplement éliminé le stock de drogue en le brûlant, seul, sur un terrain vague à Roquebrune-sur-Argens.


Le jugement a été mis en délibéré au 16 janvier 2014.

Les 4, 5 et 6 février, l'ancien officier sera confronté à d'autres juges, ceux du tribunal correctionnel de Bastia. Il est poursuivi pour détournement de résine de cannabis, corruption, séquestration et écoutes illégales. Il avait été en poste en Corse de 2002 à 2007, où il avait dirigé l'antenne bastiaise de la section de recherches d'Ajaccio. L'ex-gendarme nie l'essentiel des faits qui lui sont reprochés.

"Monsieur Levan était un officier exceptionnel qui ne faisait qu'appliquer des méthodes utilisées par d'autres en gendarmerie et validées par la hiérarchie", avait dit l'un de ses avocats, Me Olivier Morice, à Bastia le 1er octobre, quand l'affaire corse avait été renvoyée à janvier.