Thello ouvre les ventes de son Marseille-Milan, et se défend de concurrencer les TER

La compagnie ferroviaire italo-française Thello vient de lancer la vente des billets de sa nouvelle liaison directe Marseille-Milan, qui ouvrira le 14 décembre et devra être rentable dès 2016. Elle se défend au passage de concurrencer les TER de la SNCF.

Thello, filiale du groupe italien Trenitalia (67%) et du Français Transdev (33%), a ouvert les ventes pour sa nouvelle liaison Marseille-Milan, plus d'un mois avant le lancement de la ligne prévu le 14 décembre prochain.
Dans un communiqué, la société diffuse un tarif "entre 30 et 70 euros pour un Marseille-Milan" en seconde classe. Le premier Milan-Marseille circulera le 14 décembre et le premier Marseille-Milan le lendemain.

"Depuis 2009, il n'y a plus de service ferroviaire direct entre la Côte d'Azur et le nord de l'Italie. Nous avons pensé que c'était une opportunité de croissance pour nous"


explique le directeur général de Thello, Albert Alday.
"Dès 2016, il nous faudra être dans un profit minimum, il est hors de question d'exploiter à perte", a-t-il ajouté.
Thello, qui fait circuler des trains de nuit entre la France et l'Italie depuis 2011, a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires de 38 millions d'euros, et table pour 2014 sur 31 millions, en raison de l'arrêt de la liaison directe Paris-Rome.

Le Conseil Régional inquiet pour ses TER


Les trajets entre plusieurs gares françaises ne seront toutefois commercialisés qu'à la mi-décembre, dans l'attente d'une décision du Conseil d'Etat, saisi par le Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA), inquiet pour ses TER.
Il avait déposé un recours contre un avis de l'autorité de régulation des activités ferroviaires (Araf), gendarme du rail, qui avait estimé que cette nouvelle liaison "ne porte pas atteinte à l'équilibre économique" de ce contrat de service public avec la région PACA.
Mais Thello se défend de vouloir venir concurrencer le TER: "on vise une clientèle loisirs, professionnels. On n'est pas sur du pendulaire, même avec trois fréquences", souligne Albert Alday.
Il estime que, tant que le transport ferroviaire régional n'est pas ouvert à la concurrence, c'est-à-dire fin 2022, "ça n'est pas le sujet de fond. Nous proposons des liaisons internationales qui, quand cela fait sens, peuvent être complétées par des dessertes intérieures".
Albert Alday souligne que les abonnés TER ne pourront pas utiliser les trains Thello avec leur abonnement,
faute d'accord de la région, contrairement à l'autre côté de la frontière: "du côté italien, nous avons repris des accords antérieurs entre la région Ligurie, la région Lombardie et Trenitalia".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter