• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Les principaux procès prévus en 2015 en Provence Alpes

Le 17 juin 2012 deux femmes gendarmes ont été tuées par un cambrioleur à Collobrières
Le 17 juin 2012 deux femmes gendarmes ont été tuées par un cambrioleur à Collobrières

Les principaux procès 2015 se dérouleront à la cour d'assises des Bouches-du-Rhône, à la cour d'assises du Var et à la cour d'appel d'Aix-en-Provence. Les braqueurs des boites de nuit aixoises , le présumé meurtrier de deux femmes gendarmes et les dirigeants de PIP comparaîtront l'an prochain.

Par Avec l'AFP

JANVIER

AIX-EN-PROVENCE - Procès en appel "Calisson " des braqueurs de boîtes de nuit aixoises liés au grand banditisme corse. En première instance, en novembre 2013, 12 prévenus ont été condamnés à des peines de 1 à 7 ans de prison dont Christophe D'Amico, agent de joueurs de foot, condamné à 4 ans de prison. Son nom est réapparu à l'occasion de l'affaire sur les transferts de joueurs de l'OM et la garde à vue, en novembre 2014, des anciens dirigeants du club et du président actuel, Vincent Labrune. Les 12 et 13 janvier.


FEVRIER

DRAGUIGNAN -Abdallah Boumezaar, 28 ans, comparaît devant les assises du Var pour le meurtre de deux femmes gendarmes, abattues à Collobrières, à une quarantaine de kilomètres de Toulon, le 17 juin 2012 alors qu'elles intervenaient après un cambriolage commis par le jeune homme. A ses côtés sera jugée pour complicité sa compagne de l'époque, Inès Farhat, 22 ans. Déjà condamné à de multiples reprises, Boumezaar a vu prononcer contre lui le 14 novembre une peine de 3 ans de prison pour le cambriolage qui avait entraîné l'intervention des gendarmes et sa compagne avait été condamnée à 10 mois de prison pour le transport de 196 grammes de cannabis retrouvés dans un de ses sacs après les faits. Du 10 au 20 février.

MAI

AIX-EN-PROVENCE - Guy Orsoni, fils de l'ex-dirigeant nationaliste corse Alain Orsoni, comparaît devant la 2e section de la cour d'assises des Bouches-du Rhône, pour deux meurtres commis en 2009 -celui de Thierry Castola, et celui de SabriBrahimi- et pour une tentative de meurtre, sur Francis Castola, le frère de Thierry. Sabri Brahimi, comme le père de Thierry et Francis Castola, était un membre présumé de la bande du Petit Bar, du nom d'un ancien café du centre d'Ajaccio. Arrêté à Madrid en 2011 après un an et demi de fuite, Guy Orsoni avait, en revanche, obtenu un non-lieu pour deux autres assassinats qui s'inscrivaient dans la même longue
série d'homicides qui avait décimé le banditisme corse. Son père Alain, président de l'AC Ajaccio (L2), qui a obtenu un non-lieu partiel pour complicité de meurtre en bande organisée, sera, pour sa part, jugé pour menaces de mort dans ce procès au cours duquel comparaîtront au total 11 personnes. Du 11 mai au 4 juillet.

NOVEMBRE

AIX-EN-PROVENCE - Les dirigeants de la société varoise de prothèses mammaires PIP -pour Poly Implant Prothèse-, notamment son fondateur Jean-Claude Mas, comparaissent
au pénal en appel. En première instance à Marseille, les principaux dirigeants de l'entreprise avaient été condamnés pour tromperie aggravée et escroquerie. Quelque 300 avocats et près de 400 victimes étaient présents pour cette première étape judiciaire, dans un dossier aux multiples ramifications pénales et civiles. Du 16 au 27 novembre.
Résumé de l'affaire PIP


A lire aussi

Sur le même sujet

Geneviève Legay (06)

Les + Lus