Air Cocaïne : dans une lettre ouverte, Nicolas Pisapia s'en prend "aux personnes mal intentionnées"

Le Marseillais Nicolas Pisapia, l'un des quatre français de l'affaire Air Cocaïne, arrêtés en République Dominicaine en 2013, s'en prend aux calomniateurs dans une lettre ouverte adressée aux médias. Il clame depuis toujours son innocence.

Nicolas Pisapia écope de 20 ans en appel, son avocat saisit la cour suprême
Nicolas Pisapia écope de 20 ans en appel, son avocat saisit la cour suprême © Photo AFP
Le marseillais Nicolas Pisapia est l'un des quatre français arrêtés en 2013 en République Dominicaine, soupçonnés de trafic de drogue, dans l'affaire dite "Air Cocaïne".
Tous quatre ont été condamnés à 20 ans de prison par la justice dominicaine. Placés en résidence surveillée, ils attendaient leur procès en appel prévu en décembre prochain, lorsque les deux pilotes de l'affaire ont réussi à s'enfuir pour la France. Depuis, le tapage médiatique est incessant et Nicolas Pisapia, resté en République Dominicaine, se sent seul.

Dans une lettre ouverte adressée aux médias, il écrit :


"La situation nouvelle ainsi créée est très inquiétante pour moi qui suis toujours en République Dominicaine ; tout le monde doit en tenir compte et surtout ne pas m'oublier ici".


L'homme d'affaires marseillais dit rester confiant en la justice. Et clame une nouvelle fois son innocence. Toutefois, il se dit inquiet par le tapage médiatique qui sévit en France autour de cette affaire. Il écrit : 
"J'ai décidé dès le début de ne jamais répondre au déferlement insensé de mensonges et de calomnies publiés sur moi et ayant des répercutions désastreuses sur mes proches et surtout sur mon enfant, et cela quelle que soit la violence du déchaînement de la plupart des médias à mon encontre,

"même s'il est insupportable, voire douloureux, d'être exposé et pointé du doigt par des personnes irrespectueuses et totalement irresponsables".


"J'ai toujours su relever la tête et faire face à tout cela, et avoir la dignité et le minimum de cohérence intellectuelle pour ne pas répondre.Pourtant aujourd'hui encore, certains invités sur des plateaux télévisés ou sur des ondes radios et dans la presse également se permettent de tenir des propos malveillants et calomnieux sur moi."

Il est à craindre que cet acharnement médiatique, apparu dès les premiers mois suivant l'arrestation et qui avait pratiquement disparu après ma libération conditionnelle en juin 2014, reprenne de plus belle et s'amplifie".


Nicolas Pisapia s'en prend alors à "ces personnes mal intentionnées", qui "se sont exonérées publiquement et en permanence des procédures et de la loi en violant continuellement la présomption d'innocence, le respect de la vie privée et surtout le secret de l'instruction".
Depuis son lieu d'exil, le Marseillais a décidé de se défendre désormais en accord avec ses avocats, en poursuivant "systématiquement toutes les personnes qui relaieront la violation du secret de l'instruction, ainsi que les auteurs de ce délit".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire air cocaïne justice société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter