Aix-en-Provence : la cour d'appel confirme la peine d'un hooligan russe à un an de prison ferme

La cour d'appel d'Aix-en-Provence a également prononcé un interdiction du territoire français pendant deux ans à l'encontre de ce supporteur du Dinamo de Moscou. Il avait pris part aux violences entre supporters usses et anglais le 11 juin lors de l'Euro 2016. 

Un supporter russe ayant pris part aux violences commises à Marseille le 11 juin avant le match de l'Euro-2016 opposant l'Angleterre et la Russie, a vu sa peine d'un an de prison confirmée en appel aujourd'hui mercredi.
La cour d'appel d'Aix-en-Provence a également prononcé une interdiction du territoire français pendant deux ans à l'encontre de ce moscovite de 28 ans, supporteur du Dinamo de Moscou.
Comme l'avait fait le tribunal correctionnel de Marseille, le 16 juin, la cour d'appel a visionné les images vidéo des caméras de surveillance urbaine.
On y distingue le suporter russe marcher au sein d'un groupe de hooligans dont les premiers s'en prennent violemment aux Anglais.
L'avocat général a souligné qu'il "s'agit d'un hooligan venu exprès" pour prendre part à ces affrontements.
Le hooligan avait été interpellé  dans les Alpes-Maritimes dans un car transportant 43 supporteurs.
Vingt d'entre eux avaient été laissés libre, vingt expulsés vers la Russie et deux autres supporteurs avaient été jugés et condamnés par le tribunal correctionnel de Marseille à dix-huit mois et deux ans de prison. Tous les deux doivent être rejugés en appel le 14 octobre.

Trente-cinq personnes  - principalement des supporteurs britanniques - avaient été blessées dans ces violents affrontements provoqués par des supporters russes mais également par des groupes de marseillais. 

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité