Insultes et menace : le maire de Forcalquier porte plainte suite à une vidéo antivax

Publié le
Écrit par Jean Colonna

Un membre du collectif du Café des libertés a diffusé jeudi 17 février sur les réseaux sociaux une vidéo où il insulte et menace le premier magistrat de Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence). L’édile a porté plainte contre l’auteur de la vidéo.

David Géhant indique avoir déposé une plainte pour injures publiques et menaces contre une personne dépositaire de l’autorité publique.

"Ayez peur espèce de mafieux de merde". Il faut dire que le ton est donné dès les premières secondes. Dans une vidéo filmée face caméra, un membre du Café des libertés, s’en prend sèchement aux élus de la République et plus particulièrement à David Géhant, maire de Forcalquier.

Le sujet de la discorde, l’occupation de la Briquetterie, à l'entrée est de Forcalquier par les membres du Café des libertés, dénoncée par la mairie en début de semaine. Les insultes fusent, entremêlées de propos contre le pass sanitaire et contre la vaccination.

"Aujourd’hui on est pacifiques, mais si ça continue". Autre petite phrase qui illustre le climat de défiance depuis le début de la crise sanitaire à l’égard des pouvoirs publics chez une certaine frange de la population.

Cet acte de violence n’est pas isolé. De plus en plus de maires, élus locaux, mais aussi médecins subissent insultes, intimidations et agressions physiques de militants antivax.

"Ce n’est pas la première fois, mais là c’était tellement violent que j’ai décidé de porter plainte", a indiqué David Géhant. Le maire de Forcalquier et vice-président de la région PACA se dit "ébranlé" par de tels propos.

Il avait noté que des "menaces à peine voilées" étaient régulières. Mais cette fois, "il est temps que la justice se penche sur le cas de ce genre d’individus", estime-t-il.

Ce qu'elle a déjà fait. Lancé en janvier 2021, ce collectif organise régulièrement des rassemblements contre les restrictions sanitaires. Des réunions non autorisées qui ont notamment valu à l'organisateur du Café des libertés d'être poursuivi en justice en janvier. Il avait été alors relaxé. 

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité