• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Une oeuvre commémorative dévoilée au Vernet,deux ans après la catastrophe de la Germanwings

Le « Sonnenkugel » (« sphère solaire »), une oeuvre de l'artiste allemand Jürgen.
Le « Sonnenkugel » (« sphère solaire »), une oeuvre de l'artiste allemand Jürgen.

Un monument commémoratif en forme de sphère de 5 mètres de diamètre a été dévoilé ce vendredi au Vernet devant 500 personnes, pour le 2e anniversaire du crash de la Germanwings. La sphère sera érigée sur les lieux du crash dans quelques semaines. 

Par AV avec AFP

L'oeuvre commémorative du crash de la Germanwings survenu le 24 mars 2015 au Vernet, se présente sous la forme d'une sphère doreée de 5 mètres de diamètre, composée de 149 éléments en référence au nombre de victimes. Le « Sonnenkugel » (signifiant « sphère solaire »), de l'artiste allemand Jürgen Batscheider a été présentée aux familles par Carsten Spohr, Président-directeur général de Deutsche Lufthansa AG.

La sphère renferme un cylindre en forme de cristal. Ce cylindre contient des sphères en bois, à l’intérieur desquelles les familles des victimes peuvent placer leurs souvenirs personnel. Les proches venus se recueillir, certains en famille avec des enfants, peuvent un objet personnel à l'intérieur, au coeur de cette "sphère solaire" en métal doré.

Interdit au public mais visible de tous

Dès que les conditions météorologiques le permettront, le monument sera héliporté sur le site même du crash, à flanc de montagne, à quelques kilomètres de là, présice la Lufthansa. A près de 1.500 mètres d'altitude, une balise y marque depuis la catastrophe le point d'impact.

Les lieux seront ensuite "définitivement interdits au public". La Sonnenkugel restera visible de tous depuis une plate-forme panoramique mise en place par Lufthansa l'année dernière, au Col de Mariaud.

Par ailleurs, des gerbes ont été déposées au cimetière du Vernet où des restes humains non identifiés ont été inhumés dans une tombe. commune.
© Philippe Fabrègues
© Philippe Fabrègues

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les évacués de la rue d'Aubagne

Les + Lus