Affaire Booba - Magali Berdah : une enquête pour "pratiques commerciales trompeuses" confiée à la police

Après une plainte du rappeur pour "pratiques commerciales douteuses" visant l'entreprise Shauna Events appartenant à Magali Berdah, le parquet de Grasse a chargé le commissariat d'Antibes, ville où est localisé le siège de la société, d'enquêter sur le dossier.

Nouveau rebondissement dans le feuilleton judiciaire qui oppose le rappeur Booba à l’influenceuse Magali Berdah.

Selon Damien Savarzeix, procureur du tribunal de Grasse, le parquet a récemment ouvert une enquête suite à la plainte déposée par le rappeur Booba, Elie Yaffa de son vrai nom, à l’encontre de l’entreprise Shauna Events détenue par la business woman.

L’artiste accuse la société de "pratiques commerciales trompeuses" et d ' "escroquerie en bande organisée". "Mais le parquet de Grasse n’a retenu que le premier chef d’accusation pour Shauna Events", souligne le procureur.

Domiciliée à Antibes, l’entreprise de la "papesse des influenceurs" fera l’objet d'une enquête par le commissariat de la ville. "On se réjouit de voir que les éléments dénoncés vont donner lieu à une enquête", a confié l'un des avocats de Booba, Ivan Terel, à France info.

"Il prend à cœur de dénoncer ce qui lui apparaît comme une injustice (...) Il se donne les moyens pour que toute la lumière soit faite sur (le milieu) des influenceurs qui repose sur le faux : fausses vedettes, faux produits mais préjudices réels pour le consommateur", avait dit en juillet à l'AFP Patrick Klugman, le deuxième avocat du rappeur.

Une histoire de montre

Pour ceux qui n’auraient pas suivi l’affaire, récapitulons.

La querelle est née sur les réseaux sociaux au sujet d’une fausse montre. Marc Blata, un influenceur, lance la rumeur selon laquelle Booba aurait porté une fausse montre de la maison d’horlogerie de luxe Richard Mille lors d'un shooting.

Piqué, le rappeur, désormais installé à Miami, se lance alors aux trousses de l’influenceur et enquête un peu plus sur ses différents business. Car si Marc Blata affiche quotidiennement sur ses réseaux une vie de luxe à l’autre bout du monde, c’est en grande partie grâce à ses activités de trading 2.0 et de crypto-monnaies qu’il propose à ses abonnés. Booba dit alors avoir découvert des pratiques douteuses qui feraient perdre des centaines, voire des milliers d’euros aux abonnés qui se seraient laissé tenter.

Après Marc Blata, Booba se met à creuser et découvre qu’il n’est pas l’unique personnalité des réseaux sociaux à duper sa communauté. Le rappeur lève alors le voile sur d’autres pratiques, comme celle des partenariats avec les sites de drop-shipping qui pullulent dans les stories des influenceurs.

Très vite, le rappeur remonte jusqu’à Magali Berdah, manageuse des plus gros influenceurs qu’il accuse d’être confortablement cachée derrière toute cette mascarade.

#Influvoleurs, un hashtag pour dénoncer les abus

L’interprète de Pitbull va alors initier un mouvement sur Twitter sous le hashtag #influvoleurs qui se veut dénonciateur.

Une boîte mail "Influvoleurs2022" est ouverte afin de rassembler les témoignages des personnes victimes de ce "système". Marc Blata et Shauna Events, l’entreprise de Magali Berdah, font alors l'objet de deux signalements auprès de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.

Auxquelles s’ajoutent les deux plaintes pour "pratiques commerciales trompeuses" et "escroquerie en bande organisée" contre Shauna Events et contre X, précédemment citées.

De son côté, Magali Berdah a également déposé deux plaintes contre le rappeur. L’une pour diffamation et l’autre visant son activisme sur les réseaux sociaux qui sera à l’origine de l’ouverture d’une enquête préliminaire.

Dans un communiqué publié à la mi-juillet, Magali Berdah accusait le rappeur de l'attaquer sur les réseaux sociaux depuis plusieurs mois "par des publications mensongères et humiliantes". "Depuis, je subis un harcèlement en ligne de masse", avec des milliers de messages quotidiens, confiait-elle.

Ce dimanche, un épisode de complément d’enquête diffusé à 22h40 sur France 2 sera consacré à ces nouvelles pratiques commerciales 2.0 employées par les influenceurs.