Le militant communiste et écologiste, Gérard Piel est décédé

Il s'est éteint à 74 ans, Gérard Piel, conseiller municipal et régional engagé puis écrivain, l'Antibois se battait contre une maladie.

La nouvelle s'est répandue sur les réseaux sociaux ce samedi 16 décembre 2023, Gérard Piel militant communiste est décédé, il affrontait une grave maladie. 

Militant communiste emblématique, sa disparition laisse un grand vide.

Robert Injey

Ex dirigeant du PCF Alpes-Maritimes

Contacté, Robert Injey, ex dirigeant du PCF des Alpes-Maritimes salue le militant, adhérent depuis plus de 50 ans : "Gérard Piel laisse le souvenir d'un communiste intègre, engagé et d'une grande humanité.  Toujours disponible et à l'écoute, il aura marqué ses mandats par la détermination dans ses combats - entre autre-  pour la défense du droit au logement, le développement des transports en commun où bien encore les questions environnementales."

Gérard Piel venait de sortir son dernier livre. Après 23 ans de mandats politiques, il était devenu écrivain. "L'homme qui haïssait les femmes" était donc son septième roman. 

Il était connu pour ses positions et son engagement politique. Il a fait partie de l'opposition au conseil municipal d'Antibes Juan-les-Pins pendant plus de 30 ans (il a démissionné en 2014) et le maire actuel, Jean Leonetti, lui rend hommage dans un tweet : "Gerard Piel est parti cette nuit, il était pour moi l’ami de l’autre rive Généreux et sincère exigeant et lucide, c’était un homme engagé pour un idéal de fraternité j’ai appris à connaître la richesse et la profondeur humaine de sa personnalité Il nous manquait déjà dans le débat politique il me manquera désormais comme ami"

Gérard Pie;l était au Conseil Régional de 2004 à 2015 (à la tête du Front de Gauche), il en a été le vice-président, délégué à l'espace public de l'eau, puis délégué des transports. Pour lui, l'eau ne devrait pas être privatisée. Il se battait pour le retour des régies municipales et pour la facturation progressive. Sur le plateau de France 3 Provence-Alpes, il avait expliqué que la régie municipale permettait, selon lui, de faire baisser le coût de l'eau et d'avoir une tarification progressive pour que l'eau de consommation courante soit abordable, mais que la consommation supplémentaire soit surfacturée (pour remplir la piscine par exemple). 

L'antibois était engagé auprès d'une association de droit au logement et se battait pour faire respecter la loi SRU (qui impose un quota de logements sociaux). C'est d'ailleurs lors d'une expulsion à laquelle il assistait, qu'il aurait insulté un huissier et s'est vu condamné à une amende de 1 000 euros.

Enfin, Gérard Piel s'est fait entendre sur la question des transports. Vice-Président au conseil régional (Michel Vauzelle (PS) était alors président du Conseil Régional), il voulait développer l'offre de transport en commun, notamment via les TER. Fervent défenseur du service public, il a soutenu la SNCF jusqu'au bout, quitte à essuyer des critiques lorsque l'offre de service ne convenait pas aux associations de voyageurs. En 2008, il souhaitait la gratuité des transports en commun. Cette gratuité (partielle) sera mise en place en 2011 pour les trajets pendulaires, notamment pour les étudiants avec la mise en place de la carte ZOU. 

Gérard Piel avait annoncé sa maladie, un cancer agressif dès le mois d'octobre. À l'hôpital, là encore, il en profitait pour mettre en lumière le service public et les combats des salariés. Un combat contre la maladie cette fois, qu'il n'aura pas gagné. Il s'est éteint à 74 ans.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité