• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Le maire d'Antibes, Jean Leonetti, patron des Républicains par intérim après la démission de Laurent Wauquiez

Jean Leonetti, patron par intérim des Républicains. / © Vincent Isore / MAX PPP
Jean Leonetti, patron par intérim des Républicains. / © Vincent Isore / MAX PPP

Une semaine après le séisme des élections européennes pour les Républicains, Laurent Wauquiez a annoncé qu'il quittait la présidence du
parti pour ne pas être "un obstacle" à la reconstruction de la droite. Le numéro 2, Jean Leonetti aura la lourde tâche de refonder ce parti. 

Par Catherine Lioult

Laurent Wauquiez, président des Républicains, subissait une énorme pression de la part de nombreuses personnalités de droite et des militants depuis la déroute historique de la liste de François-Xavier Bellamy (8,48%) aux Européennes le 26 mai dernier.
Il a annoncé ce dimanche, soit une semaine plus tard qu'il démissionnait.
 

Les victoires sont collectives, les défaites sont solitaires. Il faut que je prenne mes responsabilités: je vais prendre du recul. Je me retire de mes fonctions de président des Républicains


a t-il déclaré.
 

Jean Leonetti prend le relai


Le maire d'Antibes Jean Leonetti a pris acte de cette démission.
 


Et c'est lui qui, vice-président délégué, assure désormais la présidence du mouvement. C'est ce que stipule les statuts des Républicains. 
Jean Leonetti aura 71 ans le mois prochain. Il avait été appelé par Laurent Wauquiez voilà un an pour remplacer Virginie Calmels, qui avait été limogée. Il apparaît comme la figure modérée des Républicains.
 

Un médecin, et une loi 


Né à Marseille, Jean Leonetti est cardiologue. Côté politique, il a occupé les postes de vice-président du Parti radical puis de l'UMP, avant d'être nommé Vice-Président délégué des Républicains. Il est maire d'Antibes depuis 1995, a été député pendant dix ans, de 1997 et 2017. Il a été ministre chargé des Affaires européennes du 29 juin 2011 au 10 mai 2012. Il avait soutenu Alain Juppé lors de la primaire de 2016.
Son nom est associé à une loi, la loi Leonetti du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie, revue en 2016 avec la loi Leonetti-Claeys.
Ceci ne manque pas de faire réagir sur les réseaux sociaux.
 

Un parti au bord de l'explosion


La Haute autorité de LR doit organiser une nouvelle élection en Congrès dans les 65 prochains jours. Les Républicains devront se retrouver un leader, à huit mois des élections municipales. Jean Leonetti en sera un acteur essentiel.
 

Le maire LR de Nice a également saisi l'occasion de cette démission pour appeler ses désaccords avec la ligne de Laurent Wauquiez, dont il dénonce le "sectarisme" :
 
Réaction de Christian Estrosi à la démission de Laurent Wauquiez
Le maire LR de Nice Christian Estrosi a réagi à la démission de Laurent Wauquiez de la présidence des Républicains. - France 3 Côte d
 

Et la tâche sera immense, selon la sénatrice des Alpes-Maritimes Dominique Estrosi-Sassone au micro de France Bleu Azur.
 
D.Estrosi-Sassone (06)
La sénatrice LR s'exprime au micro de France Bleu Azur sur la recomposition de son parti Les Républicains.

Dans la journée, plusieurs députés LR des Alpes-Maritimes ont également réagi, à commencer par Eric Ciotti qui faisait partie des proches de Laurent Wauquiez au sein du parti :
 
Réaction d'Eric Ciotti à la démission de Laurent Wauquiez
Le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti réagit à la démission de Laurent Wauquiez de la présidence des Républicains après la défaite aux élections européennes. - France 3 Côte d

Eric Pauget a lui aussi souligné la nécessité de reconstruction du parti :
 
Réaction d'Eric Pauget à la démission de Laurent Wauquiez
Le député des Alpes-Maritimes Eric Pauget réagit à la démission de Laurent Wauquiez de la présidence des Républicains. - France 3 Côte d

Marine Bernier, députée des Alpes-Maritimes :
 

Laurent Wauquiez

Président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, ancien ministre lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy, ex-député de Haute-Loire et ex-maire du Puy-en-Velay, M. Wauquiez, 44 ans, avait été confortablement élu à la tête du parti en décembre 2017, avec environ 75% des voix, quelques mois après la défaite de François Fillon à la présidentielle.
Depuis son élection, il faisait l'objet de nombreuses critiques sur sa ligne droitière et sur une gouvernance jugée "solitaire" à la tête du parti.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les randonneurs sont souvent mal informés

Les + Lus