Alpes-Maritimes : une personne interpellée pour avoir organisé une fête vendredi dans une location à Cagnes-sur-Mer

La police a interrompu vendredi soir une fête dans un appartement loué à Cagnes-sur-Mer, dans les Alpes-Maritimes : 30 personnes étaient présentes sur place. L'organisateur a été interpellé et doit être interrogé ce samedi après-midi, informe la sous-préfète de Grasse Anne Frackowiak-Jacobs.

Alors que l'épidémie de Covid-19 continue de sévir dans les Alpes-Maritimes, les règles sanitaires restent les mêmes : les grands rassemblements festifs sont proscrits et il est interdit de se déplacer sans motif valable après 18 heures. La semaine dernière, le Premier ministre Jean Castex a même annoncé un renfort des contrôles policiers pour faire respecter ces consignes. 

Pourtant, certains n'hésitent pas à braver les interdictions. Vendredi soir, la police est intervenue dans un appartement de Cagnes-sur-Mer : 30 personnes étaient présentes sur place pour faire la fête. Le logement avait d'ailleurs été loué spécialement pour l'occasion. Cet événement clandestin a conduit à la verbalisation des convives et à l'interpellation de l'organisateur de la soirée.

La personne qui a loué cet appartement doit être entendue par la police ce samedi après-midi. Je sais que c'est triste, je sais que ce n'est pas la vie qu'on souhaite mais pour autant, il faut que chacun se protège et comprenne qu'on est tous responsables de la sécurité des autres.

Anne Frackowiak-Jacobs, sous-préfète de Grasse.

Vigilance renforcée

Alors que la France évite pour l'instant un troisième confinement, les contrôles sont renforcés partout sur le territoire pour éviter les attroupements. Dans le viseur des forces de police : les cafés et restaurants qui, bien que fermés, peuvent créer des rassemblements statiques avec la vente à emporter. 

Ce samedi matin au marché Forville de Cannes, une opération policière a été menée pour rappeler à l'ordre les commerçants et les clients trop laxistes sur le port du masque et le respect des gestes barrières. 

"On s'est rendu compte hélas que nous avions beaucoup de rassemblements autour des cafés et des restaurants", déplore la sous-préfète. "Il faut absolument contrôler, faire de la pédagogie et rappeler que la crise sanitaire, c'est l'affaire de tous. C'est une affaire de solidarité en fait."

 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité