• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

VIDEO : les élèves de l'école du Vieux Bourg déclarent leur amour pour leur établissement à Cagnes-sur-Mer

Le film a été tourné en noir et blanc avec les enfants de l'école du Vieux-Bourg. / © Captation vidéo association MarieJo
Le film a été tourné en noir et blanc avec les enfants de l'école du Vieux-Bourg. / © Captation vidéo association MarieJo

Ils sont scolarisés au Haut-de-Cagnes. Et ils sont heureux de travailler dans une école à taille humaine. Avec eux, l'association MarieJo a tourné un flm en noir et blanc. Un joli moment, jugez plutôt !

Par Catherine Lioult

"Sur le chemin de mon école, il n'y a pas de voiture !"

C'est ce que racontent les enfants de l'école du Vieux Bourg. " Une école qui n'est pas très grande, qui est même toute petite !" 
Sur une chanson de Françis Cabrel, "ll faudra leur dire ", les écoliers défilent et parlent d'un établissement situé en plein coeur du Haut-de-Cagnes, qui accueille 80 petits de 3 à 11 ans sur des classes à plusieurs niveaux.

La vidéo est en noir et blanc. Un moment de tendresse, avec beaucoup de sourires, pour dire que tout le monde se connaît, comme une grande école. 
 

Une association, MarieJo a réalisé ce film et l'a publié sur les réseaux sociaux. Créée il y a 3 ans, MarieJo compte deux co-présidentes, Marie Treppo, comédienne, et Joana Benisty, journaliste.
Leurs points communs : l'amour du Haut-de-Cagnes, la volonté de l'animer tout au long de l'année, et l'envie de préserver un art de vivre intergénérationnel pour que le site ne soit pas qu'une carte postale pour les touristes. Ces deux mamans considèrent qu'il y a à terme, une épée de Damoclès sur cette petite école, qui fait vivre le village. Elles ont écrit le texte à quatre mains.

Les enfants l'ont ensuite récité devant un appareil photo.
Le making off. / © Association MarieJo
Le making off. / © Association MarieJo

Un montage sur ordinateur, et le tour est joué !   
 

Un clip, ou l'histoire d'une école et de ceux qui la fréquentent, pendant plusieurs générations, pour la postérité.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Avignon, une journée au Festival 2019

Les + Lus