Un candidat à la mairie de Cannes souhaite que la ville acquière une villa du XVIIe sur les îles de Lérins

Dominique Henrot, candidat PCF-PS à l'élection à la mairie de Cannes, a lancé une pétition pour que la villa de l'île Sainte Marguerite, propriété d'un milliardaire indien depuis 2008, soit rachetée par la puissance publique.

Les îles de Lérins
Les îles de Lérins © Hugues Lagarde Trans Côte d'Azur
Une propriété de maharadja pour la Ville de Cannes? Cela semble être le rêve un peu fou d'un candidat à la mairie de la ville. Dominique Henrot, tête de la liste commune PCF-PS-MRC (Mouvement républicain et citoyen) aux élections municipales, souhaite que l'unique villa des îles de Lérins tombe dans le giron public.

Au milieu des pins d'Alep de la forêt préservée de l'île Sainte Marguerite, la plus étendue de l'archipel, la propriété est à vendre.

Acquise en 2008 par Vijay Mallya, un sulfureux milliardaire indien, un temps propriétaire de l'écurie de Formule 1 Force India, la villa, au bord de l'eau cristalline, est "composée d’une demeure principale du XVIIe siècle restaurée et d’un donjon du XIIIe siècle", écrit l'agence immobilière Magrey & Sons, chargée de la vente.

"Nichée sur un somptueux jardin paysager de 12 994 m² agrémenté d’authentiques fontaines et bassin, elle développe environ 1 200 m² habitables", ajoute l'agence. À cela, on peut citer une piste d'héliport, deux voitures, une salle de cinéma, une piscine, une discothèque... Sans être exhaustif.

Lors de son achat, le magnat indien avait souscrit à un prêt de 30 millions de dollars auprès de la banque Ansbacher & Co, basée aux Bahamas, entité de la Qatar National Bank SAQ, peut-on lire dans le quotidien India Today. Mais, criblé de dettes et de déboires judiciaires, il n'a pas été capable de le rembourser.

Demande de préemption

"Les banques mettent en vente la propriété", fait alors savoir Dominique Henrot dans la pétition, réclamant l'acquisition publique. Pour lui, "il faut empêcher qu'elle soit vendue à un autre milliardaire".

La solution? "Pour cela, il faut que la ville de Cannes préempte la vente ou qu'elle demande à L’État de le faire afin que la totalité de l'île revienne au domaine public et que disparaisse cette anomalie."

Chose infaisable, répond la Mairie de Cannes, qui fait savoir que "sans déclaration d'intention d'aliéner, il n'y a aucune possibilité d'acquisition."

Quand bien même cela serait possible, la municipalité doute de la faisabilité d'un tel achat, "autour de 50 millions d'euros" - selon India Today, le bien aurait perdu 10 millions d'euros de sa valeur, à cause du manque d'entretien de Vijay Mallya -.

Le plan local d'urbanisme est extrêmement protecteur.

À défaut de pouvoir agir sur l'avenir de ce bien privé, la Ville de Cannes tient toutefois à rassurer de son engagement dans la protection des îles de Lérins. "Le plan local d'urbanisme est extrêmement protecteur, donc il n'y a pas de raison de craindre quoi que ce soit", assure la chargée de communication de la municipalité.

Preuve en est, la motion d'opposition du conseil municipal en 2018, face à la volonté de l'Etat de vendre une parcelle de 3.204 m2 au nord de l'île Sainte Marguerite, exploitée en délégation de service public depuis des années par l'association Cannes Jeunesse, qui y gère la base nautique Florence Arthaud.

La Ville avait défendu le patrimoine naturel de l'île, classée zone Natura 2000 et zone naturelle d'intérêt écologique floristique et faunistique. Le conseil municipal avait jugé la préservation de Sainte Marguerite incompatible avec une vente "à un particulier ou une société commerciale, pour une exploitation purement privée voire lucrative".

Peu importe le futur acquéreur de la somptueuse villa, qu'il soit public ou privé, il ne devrait pas être gêné par les voisins de sitôt.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
immobilier économie insolite