• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Douze ans de prison pour le chauffard qui avait tué un policier et une femme

L'autre véhicule en cause / © O. Théron/ France 2
L'autre véhicule en cause / © O. Théron/ France 2

Adel Briki, un chauffard qui avait provoqué la mort d'un policier de 27 ans et d'une femme de 22 ans en 2012 à Cannes, a été condamné hier mardi à 12 ans de prison par le tribunal correctionnel de Grasse.

Par Anne LE HARS & AFP

Adel Briki, âgé de 28 ans, a comparu mardi au tribunal correctionnel de Grasse pour "homicides et blessures involontaires" avec quatre circonstances aggravantes (la prise d'alcool et de drogue, la vitesse excessive et la circulation en sens interdit).

Il aura aussi interdiction de repasser le permis de conduire pendant dix ans, après sa sortie de prison.
"Qu'un policier meure au XXIe siècle dans l'exercice de ses fonctions est inacceptable", avait dit le procureur Philippe Toccanier, qui avait requis vingt ans de prison et vingt ans d'interdiction de repasser le permis. 

"M. Briki est un chauffard comme on en connaît peu", a-t-il estimé. "Il est l'incarnation du mépris, un multirécidiviste, 16 condamnations dont 8 pour délits routiers, 5 pour violence sur personnes dépositaires ou refus d'obtempérer", a souligné le procureur.

L'avocat du prévenu, Me Jean Denis Flori, s'était montré choqué par les réquisitions: "ça rentrerait dans les annales judiciaires de notre pays". "Vingt ans, c'est une peine criminelle pour un homicide involontaire", a-t-il estimé. 

Compte-rendu d'audience de SANNA Josette, CERULLI Frédéric et JUVIGNY Jimmy :

DMCloud:136047
12 ans de prison ferme pour le chauffard cannois
Le tribunal correctionnel a rendu son jugement hier soir 12 ans de prison ferme pour le chauffard responsable de la mort d'une jeune femme et d'un policier. L'accident s'est produit la nuit du 22 septembre 2012 boulevard de la République, à Cannes, contre le prévenu, mutirécidiviste, le parquet avait requis une peine exemplaire.

"Ce que j'ai fait est impardonnable"

"Ce que j'ai fait est impardonnable" a admis Adel Briki devant le tribunal. "Vivre avec ça sur la conscience c'est dur, j'y pense tous les jours", a-t-il dit en pleurant.
Il était au volant d'une Mercedes décapotable louée le 22 septembre 2012 vers 3h du matin avec trois passagers à son bord. "On avait une belle voiture on voulait frimer", a raconté Adel Briki, qui ce soir là avait bu "trois ou quatre vodkas" et "fumé un joint". Il fêtait par anticipation le mariage de sa soeur.

Un équipage du commissariat de Cannes avait été violemment percuté, en redémarrant à un feu, par la Mercedes sortant d'une rue adjacente à très vive allure et à contre-sens. 

La voiture de police avait fait plusieurs tonneaux et le lieutenant de police Amaury Marcel avait trouvé la mort. Son co-équipier au volant, Mickaël Fillon, avait été grièvement blessé. Il avait assisté à l'enterrement de son collègue sur un brancard et sous perfusion, en présence du ministre de l'Intérieur Manuel Valls.

Une femme de 22 ans, Anissa Ghezali, qui venait de monter dans la Mercedes cabriolet, était également morte à l'hôpital des suites de ses blessures. Le passager avant de ce véhicule avait été blessé.

Après l'accident, le chauffard avait pris la fuite à pied au lieu de porter secours aux victimes.
Amaury Marcel, dont la mort très médiatisée avait suscité une vive émotion dans les services de police, était arrivé quelques semaines auparavant à Cannes, en provenance de la police aux frontières d'Orly. 

"Mon frère était rayonnant de bonheur parce qu'il avait atteint son but: travailler dans le Sud", a témoigné mardi sa soeur.
"Amaury avait choisi depuis longtemps de se mettre au service des autres. Il a donné sa vie pour sa mission", a dit Me Olivier Ferri, avocat de la famille du
policier.

A lire aussi

Sur le même sujet

Philippe Vardon (RN) explique pourquoi il veut être le prochain maire de Nice

Les + Lus