VIDEO. Festival de Cannes. "Riposte féministe", un film et une action en mémoire des victimes de féminicides sur les marches

Publié le Mis à jour le
Écrit par Anne Le Hars

Une banderole avec les prénoms des 129 victimes de féminicides en France depuis le dernier Festival de Cannes a été déployée ce dimanche 22 mai sur les marches par le collectif Les Colleuses. La scène a été immortalisée en direct par le photographe Raymond Depardon dont le fils a réalisé le film projeté : "Riposte féministe".

Camille, Léa, Nadine, Alexia, Cécile, Camille, Elise... A Brest, à Saint-Etienne, à Compiègne ou encore à Marseille. Le prénom de femmes victimes de féminicide. 

Deux jours après l'action d'une femme seins nus sur le tapis rouge pour dénoncer les violences sexuelles perpétrées depuis le début de la guerre en Ukraine, une autre image est à retenir sur le tapis ce 22 mai.

Une immense banderole avec le nom de ces victimes de féminicides en France a été déployée par des membres d'un collectif féministe, "Les colleuses".

durée de la vidéo : 36sec
Riposte féministe Cannes 2022 ©FTV

Marie Perennès et Simon Depardon ont suivi pendant des mois le mouvement des colleuses contre les violences sexuelles.

Leur film documentaire « Riposte féministe » va à la rencontre de collectifs à travers la France pour recueillir la parole des militantes et des femmes.

Le fils du célèbre photographe (Raymond Depardon présent sur le tapis rouge ce dimanche) a filmé leur combat quotidien.

Nous avons d’abord essayé d’expliquer qu’à travers ces collages, ces militantes souhaitent reprendre l’espace public car elles ont cette sensation qu’il ne leur appartient pas. Il y a ce parcours-là dans le film : le corps, l’espace et le problème systémique des féminicides, qui est à l’origine du mouvement des collages,

interviewé par les organisateurs du Festival.

Avant la projection du film, présenté dimanche en séance spéciale, les colleuses ont une nouvelle fois levé le poing quand la réalisatrice a égrené leur prénom.

Le film était projeté ce dimanche après-midi.

Le film est présenté en séance spéciale au Festival de Cannes et se veut un documentaire important pour comprendre ce mouvement.