Festival de Cannes. EN IMAGES. L'action du collectif de travailleurs du cinéma "Sous les écrans, la dèche" lors de la montée des marches

Plus sur le thème :

Un collectif de travailleurs du cinéma, "Sous les écrans, la dèche", avait appelé à une grève pour "perturber" le plus grand événement du septième art. Une action est intervenue ce mardi 14 mai lors de la première montée des marches.

Depuis plusieurs jours, la presse l'évoquait :  la 77e édition du festival de Cannes (Alpes-Maritimes) pourrait être perturbée par une grève.

Des dizaines de travailleurs précaires (projectionnistes, programmateurs, attachés de presse, chargés des billetteries ou de l’accueil des invités...) ont voté la grève lors de ce festival qui a débuté mardi 14 mai. Le collectif des précaires a manifesté devant le palais des Festivals.

durée de la vidéo : 00h01mn18s
Le collectif des précaires du Festival de Cannes manifeste devant le palais des Festivals en scandant "Sous les écrans, la dèche", au moment de la montée des marches de stars pour l'ouverture de ce rendez-vous annuel du cinéma. IMAGES AFP ©AFP

Une affiche a été déployée sur un côté du Palais des festivals alors que la montée des marches se déroulait en même temps :

durée de la vidéo : 00h00mn04s
Un collectif de travailleurs du cinéma, "Sous les écrans, la dèche", avait appelé à une grève pour "perturber" le plus grand événement du septième art. Une action vient d'être menée. ©Juliette Ledrich FTV

L'action a été saluée au pied des marches par quelques manifestants :

Lors du pot d'accueil des employés dimanche, le collectif avait pris la parole. 

L'un des membres du collectif avait alors rappelé les raisons du combat mené par ces employés qui travaillent spécifiquement dans les festivals de cinéma. Depuis 2003, ils ont perdu le statut d'intermittents du spectacle pour passer au régime général des salariés. Après une première réforme de l'assurance-chômage en 2021, leurs indemnités ont été sensiblement diminuées. Ils craignent d'être encore plus précarisés par la nouvelle réforme qui doit être appliquée par décret en juillet prochain. 

"Les récentes réformes de l’assurance chômage du régime général, et celle du 1er juillet prochain qui sera appliquée par décret, viennent durcir les règles d’indemnisation des demandeurs d’emploi. Elles plongent les travailleur.euse.s des festivals dans une précarité telle que la majorité d’entre nous devra renoncer à notre activité, mettant par là même en péril les manifestations auxquelles nous collaborons"
Collectif "Sous les écrans la dèche"

Jusqu'à maintenant, une seule édition a été compromise par un mouvement social : le 21ᵉ Festival de Cannes, écourté par les événements de mai 1968.