Mandelieu-la-Napoule: une arme de poing et de possibles engins explosifs saisis

Une arme de poing et de possibles engins explosifs ont été saisis lundi à Mandelieu-la-Napoule (Alpes-Maritimes) par les enquêteurs de la DCRI (renseignement intérieur) enquêtant sur la cellule terroriste dite de  "Cannes-Torcy",

Cette perquisition, lundi, dans un immeuble résidentiel qui avait été préalablement évacué, fait suite à l'interpellation la semaine dernière dans les Alpes-Maritimes d'un membre présumé de cette cellule islamiste, a-t-on appris de même source. Les possibles engins explosifs retrouvés lundi dans un immeuble cossu de Mandelieu-la-Napoule étaient conditionnés dans des canettes de boisson. Ils sont en cours d'analyse.

Conditionnés dans des canettes de boisson

Le démantèlement de la cellule de Cannes-Torcy avait commencé en octobre 2012, peu après un attentat à la grenade contre une épicerie casher de Sarcelles (Val-d'Oise, le 19 septembre, qui avait fait un blessé. L'enquête avait permis de déterminer que trois membres présumés de cette cellule avaient fui en Syrie. Des mandats d'arrêt internationaux avaient été émis à leur encontre. C'est l'un d'eux qui a été interpellé la semaine dernière dans les Alpes-Maritimes, tandis qu'un autre avait été arrêté à la mi-janvier en Italie 
Une partie de la vingtaine de mis en examen dans ce dossier sont poursuivis au soupçon d'avoir mis en place une filière jihadiste vers la Syrie. Plusieurs membres présumés avaient été arrêtés à Cannes ou au Cannet, dans les Alpes-Maritimes.

Un des chefs présumés du groupe, Jérémie Louis-Sidney, avait été tué dans un appartement à Strasbourg par des tirs de la police qui ripostait après qu'il eut ouvert le feu lors de son interpellation. Son empreinte génétique avait été trouvée sur la cuillère de la grenade utilisée à Sarcelles. Un autre chef présumé, Jérémy Bailly, avait été arrêté trois jours plus tard, alors qu'il revenait dans son appartement de Torcy (Seine-et-Marne) après la prière de l'aube, en possession d'une arme chargée et prête à l'emploi. Les enquêteurs avaient retrouvé dans un box qu'il utilisait du matériel permettant de fabriquer une bombe. Selon une source proche du dossier, il a reconnu en garde à vue avoir projeté de commettre un attentat sans avoir arrêté d'objectif précis.

La perquisition de lundi à Mandelieu-la-Napoule a eu lieu sur commission rogatoire des juges d'instruction antiterroristes chargés de l'enquête sur la cellule islamiste de Cannes-Torcy.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter