Inauguration dimanche de L'Allianz Riviera, nid XXL, éco-responsable, avec OGCNice-Valenciennes

Le tout nouveau Allianz Riviera, grand stade attendu depuis plusieurs décennies, a dévoilé ses atours écologiques à la presse, six jours avant son inauguration à l'occasion du match Nice-Valenciennes comptant pour la 6ème journée de L1.

© France3 Côte d'Azur
L'enceinte, bâtie sur trois niveaux de gradins pour un peu plus de 35.000 places - 45.000 places en cas d'utilisation des tribunes rétractables -, est surplombée d'une résille bois-acier couverte d'une membrane translucide.
Au terme de 23 mois de travaux ayant mobilisé jusqu'à 1000 ouvriers simultanément et marqué par le décès de deux employés polonais, "la voile s'est posée avec légèreté et transparence" dans la plaine du Var, à l'entrée ouest de Nice, "entre coteaux et devant la montagne", selon les mots de ses architectes Jean-Michel Wilmotte et Ralf Levedag.
Pierre angulaire d'une "écovallée" de 10.000 hectares, l'infrastructure est multifonctionnelle (concerts, séminaires, exposition...), le stade abrite le musée du sport (ouverture en décembre) et se veut soucieux de l'environnement.
"Nice était la seule grande ville française sans grand stade de cette capacité. Elle aura désormais le premier d'éco-conception", a souligné le maire (UMP) de Nice Christian Estrosi "fier d'avoir assumé comme un devoir la construction de ce monument des temps modernes".

Panneaux voltaïques de 7.500 mètres carrés, récupération des eaux de pluie, système de ventilation naturelle, dispositif de géothermie pour climatisation et chauffage : l'Allianz Riviera se veut à énergie positive.

Labellisé Euro-2016, il pourra accueillir les matches, jusqu'à un 8ème de finale, de l'épreuve continentale.
"C'est une vraie beauté ! Il fallait être courageux pour lancer un tel projet alors que jusqu'à il y a peu, le club se traînait en queue de classement (sauvé
lors de la dernière journée en 2011 et 2012 ndlr)
", a lancé Jean-Pierre Rivère, le président de l'OGCN, actuel 6ème du championnat après sa victoire à Lille (0-2).

Record d'affluence en vue

"Sans ce stade, je n'aurais pas repris l'OGCN. Je pense qu'il en est de même pour notre entraîneur et pour pas mal de joueurs", a-t-il reconnu.
"Mais cet outil formidable ne nous fera pas grandir d'un coup de baguette magique", a ajouté le patron du club résident, locataire des lieux de la demi-journée qui précède le match à celle qui le suit.
Il estime que les charges, de 1 million d'euros au stade du Ray, grimperont à 5,5 dans son nouveau loft taille XXL : "L'objectif est d'équilibrer nos comptes cette saison et de travailler à de nouvelles recettes pour la suivante".
Financé par un partenariat public-privé (PPP), Allianz Riviera a un coût global de 243,5 millions d'euros pour NES, constructeur et exploitant pour les 27 années à venir, dont 69 millions de subventions des collectivités publiques.
La ville de Nice paiera une redevance annuelle de 6,8 millions d'euros, une fois déduits le "loyer" du club (4 millions d'euros en L1, 3 en L2), sa part sur recettes et le "naming" de l'assureur allemand Allianz. "Nous comptons valoriser l'emprise foncière du Ray. Quand on achète un deux pièces, en bon gestionnaire on vend son studio", a annoncé Christian Estrosi.
Dimanche prochain, le Nice-Valenciennes inaugural, à guichets fermés, effacera déjà le vieux record d'affluence  des 22 740 spectateurs au Ray,
datant de ... 1952. Suivra le premier des 3 matches programmés de Toulon, le champion d'Europe de rugby (face à Clermont le 5 octobre), qui devrait prendre le même chemin. 


ITW dans le reportage : Ralf Levedag : Architecte directeur projet Allianz Riviera - Wilmotte & Associés



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ogc nice sport football