Journée mondiale de l'autisme : le combat d'une famille pour scolariser son enfant à Grasse

Ce petit garçon a appris à lire et à écrire au même âge que les autres enfants. / © France 3 Côte d'Azur
Ce petit garçon a appris à lire et à écrire au même âge que les autres enfants. / © France 3 Côte d'Azur

Gros plan sur Youssef, un petit garçon de 11 ans, qui vit à Grasse avec sa famille. Il va à l'école, mais l'intégration n'a pas été facile et sa mère a arrêté de travailler pour s'occuper de lui. 

Par Catherine Lioult

Selon la définition de l'association Vaincre l'autisme, l'autisme altère le fonctionnement du cerveau, le système immunitaire et biologique, les capacités de  reconnaissance des expressions, des codes sociaux et affectifs. Il génère également une hypersensibilité émotionnelle et des troubles du comportement. Ces manifestations sont perceptibles avant l'âge de trois ans, et elles touchent à des degrés divers, un enfant sur 100


Youssef, 11 ans


A l'occasion de la journée mondiale de sensibilisation à l'autisme, la famille de Youssef a ouvert les portes de son domicile à Grasse, dans les Alpes-Maritimes. A 11 ans, le jeune homme parle bien, il sait lire et écrire. Il va à l'école, dans une classe spécialisée, mais son intégration dans le système scolaire a été compliquée. 




 

Les parents mènent souvent seuls un long combat pour faire accepter leur enfant, et leur permettre d'acquérir des connaissances tout en  les sociabilisant.



Un 4è plan à la hauteur des enjeux


La secrétaire d'Etat chargée du handicap Sophie Cluzel a annoncé un quatrième " plan autisme", qui sera précisé ce vendredi.
 

Dans la nouvelle stratégie, nous voulons pouvoir diagnostiquer les adultes qui ont des prises en charge qui ne sont pas adaptées, qui sont dans les hôpitaux psychiatriques où ils n'ont rien à faire ou alors dans des établissements médico-sociaux sans une bonne prise en charge parce non diagnostiqués


a t-elle expliqué  sur Europe 1

Le 4e plan autisme, "porté au plus haut sommet de l'Etat", a-t-elle souligné, va "replacer la recherche au coeur de notre politique publique". Selon elle, "la recherche en France n'est pas à la hauteur de ce que l'on peut
attendre, la recherche fondamentale, mais surtout la recherche appliquée dans les méthodes n'est pas à la hauteur".  

 


Etablir un diagnostic précoce


Les "troubles du spectre de l'autisme" (TSA) atteignent "environ 1% de la population",  selon  la Cour des Comptes. Elle établit  à 700.000 le nombre de personnes concernées en France, dont 600.000 adultes. Parmi eux,  75.000 seulement seraient  diagnostiqués.

 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus