• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Les oeuvres de Jean Marais vendues aux enchères ont rapportées 230.000 euros

Cinq heures après le premier coup de marteau, le compteur affiche 230 000 euros. / © F3CA
Cinq heures après le premier coup de marteau, le compteur affiche 230 000 euros. / © F3CA

Les oeuvres de l'acteur Jean Marais, tardivement sculpteur et céramiste sur la Côte d'Azur, étaient vendues aux enchères ce samedi à Antibes par ses ayants droit, un ancien potier et sa femme. 
Environ 350 personnes ont assisté, pendant près de 5 heures, à la vente. Elle a rapportée 230.000 euros.

Par @annelehars

La vente comportait quelques pièces uniques, des peintures à l'huile, des dessins, des photos, des objets personnels, et beaucoup de reproductions de céramiques réalisées sans numérotation par le potier Jo Pasquali et vendues par sa femme Nini dans une galerie de Vallauris (Alpes-Maritimes).

La production s'arrêta en 2002 et la galerie se transforma en musée municipal. A l'époque, une bataille judiciaire de 14 ans opposait le couple au fils adoptif déshérité de l'acteur (qui s'est suicidé en 2012). A l'occasion du changement de maire, les Pasquali, amis aujourd'hui octogénaires de l'acteur, ont alors décidé de tout vendre aux enchères.

La plus belle vente :

C'est la sculpture "l'Europe des douze" cédée à 11 500 euros qui est la plus belle vente de ces enchères. Quelques souvenirs de l'artiste remportent aussi un joli succès, comme son passeport (signé !) qui s'est arraché pour 320 euros.

Jean Marais et la céramique 

Jean Marais (1913-1998) découvre la céramique lorsqu'il rend visite à Picasso dans son atelier de la cité des potiers de Vallauris, accompagné de Jean Cocteau. "Jusqu'alors la poterie ne l'avait pas touché", précise Jo Pasquali.

"Il est venu me voir le 6 juin 1973", se souvient précisément le potier. Jean Marais a soixante ans et vit alors dans le village proche de Cabris. Bon dessinateur et peintre, il va rapidement modeler des céramiques d'art avec l'aide technique du potier. Certaines sont très inspirées par le style de Cocteau, son mentor décédé en 1963 qui lui permit de percer au cinéma. "Il parlait sans arrêt de Cocteau", confie Jo Pasquali.

A lire aussi

Sur le même sujet

Karine Jouglas (06)

Les + Lus