Saint-Dalmas-de-Tende : les migrants installés se préparent à une expulsion

Une cinquantaine de réfugiés érythréens arrivés via l'Italie sont hébergés depuis ce lundi à Saint-Dalmas-de-Tende dans un "lieu d'accueil humanitaire de transit" établi par des associations des Alpes-Maritimes, département qui refuse tout accueil de migrants, a indiqué l'association Roya Citoyenne.

Les migrants s'attendent à une expulsion.
Les migrants s'attendent à une expulsion. © f3
"Sans réponse des pouvoirs publics, gouvernement/préfecture et conseil départemental, qui fuient leurs responsabilités, le collectif Solidarité Roya-Frontière franco-italienne¨ a pris la décision d'ouvrir un lieu d'accueil humanitaire de transit", indiquent dans un communiqué ces associations.

Le point sur la situation ce mercredi midi :
durée de la vidéo: 01 min 17
Migrants à Saint Dalmas : le point mercredi midi
"On ne veut pas défier les autorités, on voudrait qu'elles comprennent. Le département a dit qu'il ne voulait pas de migrants, et pas de mineurs alors que c'est son devoir", a précisé à l'AFP George Faye, membre de Roya Citoyenne.
durée de la vidéo: 02 min 12
Alpes-Maritimes : des associations ouvrent un lieu d'accueil pour des réfugiés

On considère qu'il y a des hommes et des femmes qui ont besoin d'aide, donc nous nous portons secours aux gens dans le besoin.


"Suite à la fermeture des frontières par la France, notamment celle de Menton, la vallée de la Roya connait un afflux sans précédent de réfugiés en détresse, des femmes, des malades, des mineurs dans des conditions sanitaires déplorables", précisent les associations à l'initiative de cet accueil, la Ligue des Droits de l'homme, le MRAP, la Cimade, l'association pour la démocratie niçoise (ADN) et l'association Habitat et Citoyenneté - dont le responsable, Hubert Jourdan, a hébergé plusieurs centaines de migrants chez lui depuis 15 mois à la Colle-sur-Loup.

Cinquante-trois hommes, femmes et enfants, ayant tous fui le régime totalitaire d'Erythrée, sont hébergés à Saint-Dalmas-de-Tende à l'abri du froid dans un ancien centre de colonie de vacances.
"A titre humanitaire, c'est parfaitement légal", a rappelé M. Jourdan dont l'action à La-Colle-sur-Loup lui a valu six heures de garde à vue en septembre et qui était lundi soir aux fourneaux pour faire la cuisine aux réfugiés érythréens. 

Ces associations et Médecins du Monde avaient demandé solennellement le 10 octobre la réouverture de la frontière franco-italienne, que des milliers de migrants franchissent souvent au péril de leur vie, et accusé la France de violer ses propres engagements internationaux.
Le 22 septembre, le département des Alpes-Maritimes à majorité LR a voté une motion pour s'opposer à l'accueil de migrants en transit à Calais. 

Réactions politiques :

durée de la vidéo: 01 min 48
Réactions à l'installation des migrants à Saint Dalmas


De son côté, la préfecture n'a identifié aucun lieu dans le cadre du plan gouvernemental de fermeture de la jungle de Calais d'ici la fin de l'année.
- Avec AFP -
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants société immigration international
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter