Monaco : deux concessionnaires azuréens de voiturettes au rallye de Monte-Carlo

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emma Arnau

Deux Azuréens, concessionnaires de voitures sans permis, ont été sélectionnés pour le 90e Rallye de Monte-Carlo (du 20 au 23 janvier). Pour cette épreuve mythique des Championnats du monde des rallyes, les deux amateurs se frotteront aux plus grands champions, dont les Français Sébastien Loeb ou Sébastien Ogier.

Voiturettes en semaine et Championnat du monde des rallyes le week-end. Le mois de janvier sera intense pour Jean-Marc Guillon et Guillaume Ferrari.

Les deux Azuréens, qui ont déjà de l'expérience grâce aux rallyes régionaux, dirigent chacun une concession de voitures sans permis, dans les Alpes-Maritimes et le Var.


Ils se sont lancés le défi fou de participer au 90e rallye de Monte-Carlo cette année au volant d’une 208 R2. « Elle est rouge et noire » précise Jean-Marc Guillon, « on a voulu la mettre aux couleurs de Nice ». Originaire de Lucéram, le concessionnaire est impatient de faire le Turini, tout proche, qu'il connaît par cœur, au volant de sa voiture homologuée WRC. Une première pour lui.

Il y a un test physique, un test de vue, et avec cette licence, on peut s’inscrire en tant qu’amateur. Sur 75 équipages, 40 sont professionnels.

Jean-Marc Guillon, pilote

Pour s’inscrire, les deux amis et associés ont dû passer leur licence internationale de pilotage. 

Les compères se lancent dans l’aventure en double pilotage : «On a toujours faire des rallyes, et là on a décidé de le faire dans une version qui nous convient bien. On pilotera tous les deux car il y a beaucoup d’épreuves et c’est très physique quand on n'a pas l’habitude comme nous. Même si on n'est pas dans la même catégorie que les grands champions, on va essayer de représenter la région ».

300 km d’épreuves chronométrées, 1500 km de liaisons

Seuls les 50 premiers équipages pourront courir le dimanche, pour les dernières épreuves de la course en principauté. Alors l’équipe Guillon-Ferrari s’est fixé un objectif : « On y va sans prétention. On veut juste finir. Ou au moins être sélectionnés pour le dimanche ».

Turini, Puget-Théniers, Digne-les-Bains. Des centaines de kilomètres à avaler avec le soutien de leurs collègues. Les pilotes ont d’ailleurs décidé de fermer leurs boutiques vendredi exceptionnellement pour que « toute l’équipe monte sur les spéciales, on ne voulait pas priver les salariés qui sont vraiment passionnés » explique Jean-Marc Guillon.

D’habitude, ils travaillent sur des voiturettes sans permis. Vitesse de pointe : 45 km/h.
Leur bolide à Monaco frôle les 180 km/h sur des routes de montagne sinueuses. Pour Jean-Marc Guillon, aucune différence entre les deux modèles. « On traite les voitures sans permis avec le même enthousiasme. On est passionnés d’auto, on va mettre la même application peu importe le modèle. On a toujours été très au fait de l’automobile, et là, c’est sûr, c’est un sacré pont entre les deux modèles » plaisante le pilote.

Pour les encourager rendez-vous jeudi soir, place du Casino à Monaco pour le top départ de la spéciale de nuit entre Vésubie et Bévéra.