L'année 2020 dans le rétroviseur de Valery Hache, photographe de presse à Nice

Il couvre l’actualité de la Côte d’Azur depuis 15 ans pour l’Agence France Presse. Une actualité inédite avec l’épidémie de Covid-19, dramatique avec les inondations de la tempête Alex et un attentat. Quel regard sur cette année qui se termine ? Eléments de réponse.

Valery Hache, photographe à l'Agence France Presse.
Valery Hache, photographe à l'Agence France Presse. © Valery Hache... ou pas !

Il reste professionnel en toutes circonstances et il sait cacher toute émotion quand il travaille. Immortaliser les événements avec son appareil photo, les transmettre le plus vite possible pour une diffusion dans le monde entier, voilà donc le métier de Valery Hache, photographe à l’Agence France Presse depuis 1995.

Reportages, photos, l’AFP vérifie et diffuse des informations à ses abonnés qui les relaient dans leurs supports respectifs. Valery a l’habitude d’être parmi les premiers sur les événements car en cas de forte actualité des équipes viennent prendre le relai, mais plus tard.

Les images les plus fortes sont celles qui sont prises au tout début…

Valéry Hache, photographe

En 2020, pas de grands rendez-vous culturels, pas d’actualité glamour comme le Festival de Cannes ou à Monaco. Pour autant, il a été sur tous les fronts.

Les inondations du 3 octobre dans les vallées

C’est l’une des 30 photos les plus fortes de l’année retenues par l’AFP.

Une maison rose au dessus de la Vésubie.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Valery HACHE (@valeryhache)

En survolant la vallée de la Vésubie en hélicoptère au lendemain de la tempête car les routes étaient impraticables, il dit avoir été sidéré par un paysage dévasté avec selon lui, à la fois les effets d’un tremblement de terre et d’une inondation.

Quand on a survolé Roquebilière, j’ai compris l’ampleur de la catastrophe. A Saint-Martin-Vésubie, la montagne s’affaissait, les routes étaient coupées, avec un vide de 50 mètres en contrebas. La gendarmerie s’était déplacée de 100 mètres. Je me suis demandé « comment vont-ils faire pour se remettre de cette catastrophe ?».

La veille, en fin de matinée ce féru de météo s’était rendu à Nice sur la Promenade des Anglais.

La tempête Alex était attendue dans le département, avec une vigilance crue inondation en rouge pour Météo France. Dès la fin de matinée, l’axe est fermé, mais Valéry porte son brassard de presse. La police municipale empêche les promeneurs de circuler.

J’ai failli me faire embarquer ! Je me situe sous les arcades, face à la mer. Je vois des nuages noirs très bas, qui arrivent très vite, à 80 kilomètres heure… Je m’échappe pour faire juste une photo… C’est la première image forte de la tempête, elle a été diffusée sur les chaines d’information en continu.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Valery HACHE (@valeryhache)

Une situation sanitaire compliquée

Le coronavirus, deux confinements au printemps et à l’automne, sur tout le territoire, l’épidémie a été largement couverte par tous les médias.

Pour l’Agence France Presse, Nice est l’un des plus gros bureaux de France.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Valery HACHE (@valeryhache)

Comme la situation sanitaire dans Alpes-Maritimes était moins tendue, durant la première vague, que dans d’autres départements, le photographe niçois en a profité pour faire de la "belle actu Covid": 

J’ai fait peu de reportages dans les EHPAD, on m’a demandé des photos différentes. On n’aurait jamais imaginé dans ce département si touristique voir la Promenade vide, observer un goéland qui niche sur la plage de galets déserte, les chaises bleues avec juste une personne… Les couleurs étaient magnifiques, ça a fait le tour du monde.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Valery HACHE (@valeryhache)

Valery mettra en avant la guerre des communiqués des élus pendant cette période avec là encore, des photos qui feront la une de nombreux journaux.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Valery HACHE (@valeryhache)

Un attentat

Dernier événement retenu par Valery Hache cette année : l’attentat islamiste de Nice. Ce 29 octobre, un Tunisien de 21 ans tue au couteau 2 femmes et un homme. Ça se passe le matin peu avant 9 heures, à la basilique Notre-Dame de l’Assomption.

Faire preuve de réactivité, de rapidité, transmettre les images quasiment instantanément. C’est un attentat : j’ai un boîtier avec une borne wifi, ça arrive à Paris, c’est édité avec une légende et transmis à nos clients du monde entier.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Valery HACHE (@valeryhache)

Je retiens la désolation, les personnes qui très vite viennent se recueillir, les regards perdus.

Pour résumer

Fatigué, beaucoup de travail, de stress, l’obligation d’être concentré en permanence. Malgré tout, ce n’est pas 2020 que Valéry Hache retient dans sa carrière professionnelle mais l’année 2016. Un soir de feu d’artifices un 14 juillet et un attentat islamiste. Valéry est très vite sur les lieux: 

"C’était un carnage, l’horreur, il a fallu un suivi psychologique que notre employeur propose dans ce cas de figure. Une telle actualité laisse des traces indélébiles, c’est sûr, "conclut-il.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture photographie retour sur l'actu rétro sorties et loisirs coronavirus/covid-19 santé société attentat faits divers terrorisme vallée de la roya nature parcs et régions naturelles