L'arrêté interdisant les camions de plus de 19 tonnes dans la vallée de la Roya devant la justice

Elus et habitants de la vallée de la Roya ensemble, à à l'audience du tribunal administratif de Nice / © France 3 Côte d'Azur
Elus et habitants de la vallée de la Roya ensemble, à à l'audience du tribunal administratif de Nice / © France 3 Côte d'Azur

Et avant l'audience devant le tribunal administratif de Nice, les maires de la vallée, mais aussi les habitants se sont réunis en signe de solidarité. Tous veulent l'interdiction de cet axe aux camions  de plus de 19 tonnes. Le tribunal rendra son jugements dans les prochains jours.

Par Catherine Lioult

Depuis le 12 octobre dernier, les cinq maires de la vallée de la Roya  (Breil-Sur-Roya, Fontan, Saorge, La Brigue et Tende) interdisent sur la route RD 6204  (100  kilomètres  jusqu'à l'Italie  via la vallée des Merveilles et le col de Tende) les camions de plus de 19 tonnes. Ils ont pris ensemble un arrêté allant dans le sens.


Ce panneau a été fixé le long de la route. / © France 3 Côte d'Azur
Ce panneau a été fixé le long de la route. / © France 3 Côte d'Azur

Mais la préfecture  conteste cet arrêté devant le tribunal administratif de Nice. L'audience a eu lieu ce mardi, mais les élus ne sont pas venus seuls. La population était venue en nombre pour apporter son soutien aux élus.



Un long combat pour les élus


Depuis 2014, avec le début des travaux pour le doublement du col de Tende, ils avaient demandé d'ouvrir des discussions transfrontalières en prévision d'une forte augmentation du trafic. Faute d'être entendus, les maires de Fontan et Breil ont pris un premier arrêté pour interdire le passage des plus de 19 tonnes mais il a été retoqué par la justice administrative au motif que le texte aurait du être signé par tous les élus. Un nouvel arrêté en bonne et due forme a été repris par tous les maires, prévoyant une amende de 135 euros pour les contrevenants avec l'obligation de rebrousser chemin

Une circulation dangereuse pour les habitants ?


Cette route de 100 kilomètres est très sinueuse. Selon  maître Joël Blumenkranz,  avocat des opposants, la circulation dans la vallée est dangereuse et ne peut en aucun cas générer un trafic de poids lourds.
L'avocat a aussi rappelé "la taille impressionnante de ces camions, parfois des tracteurs-articulés avec d'énormes bahuts", "leur tendance à la descente vers Vintimille à prendre la totalité de la chaussée pour éviter les chutes de pierre" et l'existence d'un itinéraire bis par l'autoroute, ajoutant  20 euros de péage et "39 minutes de plus" aux 2h03 de parcours entre Vintimille et Cuneo. Les transporteurs routiers des Alpes-Maritimes ont pris fait et cause pour les riverains. Le tribunal administratif devrait rendre sa décision dans les prochains jours.

A lire aussi

Sur le même sujet

Journée de mobilisation à Marseille

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne