• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Dons d'organes : de nouvelles mesures pour sauver des vies

En France, 1 personne sur 3 refuse le prélèvement d'organes au moment du décès de leur proche / © France 3
En France, 1 personne sur 3 refuse le prélèvement d'organes au moment du décès de leur proche / © France 3

Depuis le 1er janvier 2017, la loi sur le don d'organes a changé dans les Alpes-Maritimes, comme partout en France. Les français sont désormais tous des "donneurs potentiels", sauf s’ils s’y opposent de leur vivant. Le silence est donc gage d’acceptation.

Par Lucas Baron

Les règles concernant le don d’organes ont été modifiées au 1er janvier de cette année. D'un côté, le principe du "consentement présumé" a été renforcé, de l'autre, il est plus facile pour les personnes qui y sont opposées d'exprimer leur refus. Les personnes opposées au fait de donner leurs organes peuvent désormais dire « non » en ligne. Il suffira pour cela de s’enregistrer sur le registre national des refus. Jusqu’à présent, cette inscription n’était accessible que par courrier postal.
En France, 13 830 patients sont en attente de greffe tout organe confondu. Seulement un tiers bénéficiera d'une transplantation. 

Dons d'organes : de nouvelles mesures pour sauver des vies
Intervenants : Emmanuel Gastaud (Greffé d'un rein en 2011), Michèle Zannettacci (Responsable du service de Régulation et d'Appui Sud-Est de l'Agence de la biomédecine), Elisabeth Cassuto (Néphrologue spécialisée dans la transplantation rénale), Patrick Jambou (Coordination hospitalière du pélèvement d'organes et de tissus), Michel Coulomb (Président de la fédération d'aide aux insuffisants rénaux PACAC) - LIOULT Catherine, NICOLAS Hugues, GENSSE Muriel et BRANCATO Nathalie
En France en 2015, le nombre total de malades inscrits sur les listes d'attente était de 21 464. Seulement 5 746 d'entre eux ont bénéficié d'une greffe. Cependant, ce chiffre a augmenté de 7% par rapport à 2014.

Emmanuel Gastaud, niçois de 36 ans, a bénéficié d'une greffe de rein en 2011 / © France 3
Emmanuel Gastaud, niçois de 36 ans, a bénéficié d'une greffe de rein en 2011 / © France 3

C'est une chance que j'ai saisi (...) Je vais vivre pleinement ma vie, pour moi et pour celui qui m'a donné un rein, déclare ce bénéficiaire


Qui peut recevoir un rein ? 

La greffe rénale est possible pour toute personne souffrant d’insuffisance rénale sévère qui ne présente pas de contre-indication au traitement immunosuppresseur ou pour qui les risques liés à l’opération ne sont pas excessifs (risques cardiovasculaires). 
Fin 2014, plus de 44 400 personnes étaient sous dialyse et plus de 34 900 personnes étaient porteuses d'un greffon.

Le rein est l'organe le plus greffé avec une hausse de 72% sur 15 ans, suivi par le foie qui a augmenté de 69% / © Agence de la biomédecine
Le rein est l'organe le plus greffé avec une hausse de 72% sur 15 ans, suivi par le foie qui a augmenté de 69% / © Agence de la biomédecine


Objectif, donc, de cette nouvelle loi : identifier des donneurs potentiels, et sauver, toujours plus de vies. Dans les Alpes-Maritimes, 342 personnes sont actuellement en dialyse et attendent une greffe de rein. Une très longue attente, avant de reprendre une nouvelle vie...

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Réaction de G.Legay au rapport de Médiapart

Les + Lus