Il y a 5 ans, le pilote niçois Jules Bianchi décédait suite à un tragique accident sur le circuit du Japon

Le 17 juillet 2015, la vie de Jules Bianchi s'arrêtait, à Nice après 9 mois de coma. Le pilote de formule 1 n'a pas survécu à un terrible accident sur un circuit du Japon. Aujourd'hui, de nombreuses personnes lui rendent hommage.

Jules Bianchi lors d'une conférence de presse en 2014.
Jules Bianchi lors d'une conférence de presse en 2014. © TOSHIFUMI KITAMURA / AFP
Né dans une famille originaire de Milan et fanatique du sport automobile, le Niçois Jules Bianchi était issu d'une famille de pilotes. Mauro, son grand-père, avait été un très bon pilote de F3 et d'endurance, notamment chez Alpine-Renault, et l'une des grandes figures du sport automobile des années 1960.
Le père de Jules, Philippe, a géré pendant des années la piste de karting de Brignoles (Var), tout près du circuit Paul-Ricard où Bianchi Junior a fait ses premières armes comme pilote de monoplace. 
Ce vendredi, c'est la famille de la formule 1 qui pleure aussi le pilote disparu trop tôt. Sa dernière écurie, Ferrari, publie ce message sur le réseau social Twitter #CiaoJules : "On se rappellera toujours" écrit le compte officiel de l'organisation de la F1. Le président de la région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur rend lui aussi hommage au pilote : "Nous n'oublierons jamais Jules Bianchi". Le pilote monégasque Charles Leclerc publie une photo souvenir, ou on peut le voir jeune pilote avec Jules Bianchi.  Les obsèques du pilote avaient eu lieu quelques jours après sa mort, à la cathédrale Sainte-Réparate à Nice. Il est le dernier pilote de F1 victime de sa passion pour la vitesse, vingt et un ans après le triple champion du monde brésilien Ayrton Senna.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jules bianchi sport auto-moto formule 1