Cet article date de plus de 8 ans

Jean-Pierre Dick (Nice) a passé le mythique cap Horn à 5h40 (heure française) en 3ème position du Vendée Globe

Jean-Pierre Dick a passé le cap Horn après 53 jours 16 heures et 38 minutes de course ( soit 1 jour 10 h et 20 min après François Gabart). C’était son 4ème passage du cap « dur », un moment fort dont le skipper ne se lasse pas.
© France3 Côte d'Azur
Le skipper de Virbac-Paprec 3 navigue désormais en Atlantique Sud, une délivrance après un mois de navigation dans la grisaille du Grand Sud.

Retour à la lumière :

« Le cap Horn c’est un moment magique et symbolique. Il se mérite après la longue traversée du pays des ombres. Tu as l’impression de revenir à la lumière. Tu mets le clignotant vers la ligne d’arrivée. Même s’il y a des glaces, du vent et de la mer, tu ressens quelque chose de fort intérieurement. »

Souvenirs :

« Vendée Globe 2004 : je le passe en même temps qu’Ellen MacArthur*. J’ai la bôme sur le pont en réparation. Il y a 35 nœuds de vent. Tu as l’impression de devenir un vrai marin du large. C’est fort ! »

Barcelona World Race 2011 : 

"Avec Loïck (Peyron), nous sommes passés à 2 milles du Horn en direct en visioconférence avec l’organisation. C’était intense, nous étions comme deux gamins. »

Atlantique me voilà ! :

« Le sud est normalement un lieu d’expression pour moi, cette fois-ci, ce fut une frustration. Je suis content de passer à autre chose car la course est loin d’être finie. Il va falloir se sortir les tripes dans la remontée de l’Atlantique. Une autre phase de la course arrive, je l’aborde avec combativité. »
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendée globe voile