La lutte, sport très prisé à Nice, convainc le Comité international olympique de lui restituer ses galons

La lutte a convaincu le CIO de la maintenir sous le drapeau aux 5 anneaux aux Jeux de 2020 attribués à Tokyo, et de 2024. Les quelque 100 membres, réunis à Buenos Aires, ont décidé de repêcher ce sport ancestral, plutôt que de permettre le retour du softball et du base-ball ou l'entrée du squash.

Par Yves Lebaratoux et Laurence Collet

Nice, des centaines de licenciés et 2 grands clubs, le lutte club et le nice olympique lutte. En février, le Comité international olympique avait mis au tapis tous les espoirs sportifs des jeunes : la lutte n'allait plus être sport olympique à partir de 2020.
Une annonce qui compromettait aussi les finances des clubs niçois après les jeux olympiques de Rio en 2016.
Le CIO a annoncé la ville hôte des JO de 2020, Tokyo, et le maintien de la lutte.
Une bonne nouvelle entre autres pour Cynthia Vescan, la seule lutteuse française à avoir participé aux JO de Londres. La Niçoise, championne de France cette année, peut donc voir loin dans sa catégorie : lutte libre moins de 72 kg.
En attendant, elle s'alignera, à Nice, aux Jeux de la Francophonie, où avec d'autres Niçois - elle a de fortes chances de médailles.

Sur le même sujet

Les + Lus