Nice : 300 étudiants et enseignants-chercheurs ont manifesté ce mercredi contre les masters payants

Les manifestants disent non aux masters payants au sein de l'Université Nice-Sophia-Antipolis. / © F3 Côte d'Azur
Les manifestants disent non aux masters payants au sein de l'Université Nice-Sophia-Antipolis. / © F3 Côte d'Azur

Près de 300 étudiants, lycéens et enseignants-chercheurs étaient réunis ce mercredi après-midi sur le site de Valrose à Nice pour manifester contre la réforme de l'Université. Dans leur collimateur : l'instauration de masters payants. 

Par Léa Bouquet

Ils disent non à des masters payants au sein de l'Université Nice-Sophia-Antipolis. Près de 300 étudiants, lycéens et enseignants-chercheurs étaient réunis ce mercredi après-midi sur le site de Valrose à Nice pour manifester contre la réforme de l'Université.

Ils protestent notamment contre les frais de scolarité de 11 nouvelles formations en master, dont le coût s'élèvera bientôt à 4 000 euros. C'est 13 fois plus que le prix actuel.

Ces masters en question, dont le cursus dure deux ans, ont pour but d'attirer les étudiants étrangers - au moins 50% des effectifs. La formation est dispensée uniquement en anglais, et encourage les élèves à partir un semestre à l'étranger. 


Une privatisation "à l'américaine"

Les manifestants craignent une dérive du coût de l'enseignement supérieur français, comme en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis. Erwan Philippe, responsable syndical au FSU craint notamment une "marchandisation du savoir". 

De son côté, Jean-Marc Gambodo, président d'Université Côte d'Azur, relativise. "L'Université Nice-Sophia-Antipolis délivre déjà 339 diplômes d'établissement, on parle là de seulement 11 diplômes d'établissement supplémentaires". 

Nice : 300 étudiants et enseignants-chercheurs ont manifesté ce mercredi sur le site de Valrose
Erwan Philippe (responsable FSU) et Jean-Marc Gambodo (président d'Université Côte d'Azur) - F3 Côte d'Azur - B. Persia / R. De Silvestro

Une pétition lancée en janvier

En janvier dernier, les étudiants et chercheurs avaient déjà lancé une pétition pour contrer ce projet. Le collectif "Sauve ta fac 06" a même été créé. 

"Nous pensons que le fait que l’Université de Nice s’engage dans la voie de la non-gratuité des études, alors que rien ne l’y oblige, va dans la mauvaise direction et constitue une porte ouverte à l’inflation générale des frais de scolarité en France", expliquait la pétition. 

Près de 900 signataires avaient répondu à cet appel. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Marie-Christine Thouret, maire de Sospel (06)

Les + Lus